châle

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : chale, chalé, Chale

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Du persan شال, šāl. Référence nécessaire À l'origine désignant une montagne. Se réfère à la silhouette d’une femme revêtue d’un châle : en forme de montagne. En Inde le terme "châle" se retrouve dans Arunashala par exemple (la montagne rouge). Référence nécessaire

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
châle châles
\ʃɑl\

châle \ʃɑl\ masculin

  1. Vêtement féminin consistant en un carré de tissu qu'on met sur son dos et ses épaules pour se tenir au chaud.
    • L’adoption de ce châle a rendu leur costume plus décent en voilant, dans son ampleur, le nu et les formes un peu trop fortement dessinées.— (Flora Tristan, Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
    • Ailleurs, elles relèvent leur châle sur leur tête, et se trouvent toutes drapées pour un peintre.— (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, volume 2, 1866)
    • Le soin excessif de sa toilette, des bottines de velours, une collerette de dentelles, le châle mis droit, tout attestait la sollicitude de Modeste pour sa mère.— (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Elle croise son châle, palpitante, de façon à ce que le cœur soit deux fois plus couvert que le reste. Nous partons. — (Jean Giraudoux, Provinciales, Grasset, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 44)
    • Les femmes arborent leurs plus beaux atours, « affutiaux, cornettes, calipettes », leurs châles les plus recherchés. — (Jean Revel, L'émondeur, dans les Contes normands, Paris : Éditions Fasquelle, 1901 & Éditions La Piterne, 2015)
    • On eût dit des messieurs qui sortaient du théâtre, non seulement à cause du châle, mais aussi à cause de la façon dont [les Catalans] le portent : pendant d'un côté et ajusté de manière à paraître mis au hasard, mais avec certains plis et certaines ondulations qui lui donnent la grâce d'une mantille et la majesté d'un manteau. — (Edmondo De Amicis, L’Espagne, 1878)
  2. Longue pièce d’étoffe dont les Orientaux se servent comme de turban, de manteau, etc.

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Hyponymes[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Homophones[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]