charpenter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIIe siècle) De l’ancien français charpenter ; voir charpentier.

Verbe [modifier]

charpenter \ʃaʁ.pɑ̃.te\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Tailler, équarrir des pièces de bois.
    • On charpentait à côté un baraquement pour les services télégraphiques. (Louis Dumur, Dieu protège le tsar !, Albin Michel, 1927, page 160)
    • Les deux jours suivants, ils avaient charpenté un vaste abri de toile, crochetonné à des poutrelles. (A. L. Dominique, Le gorille dans le cocotier, Série Noire, Gallimard, 1956, chapitre XIII)
  2. (Figuré) Bien façonner, structurer.
    • Charpenter habilement son discours.
    • Poème bien charpenté.
    • C’est une pièce habilement charpentée.
    • Ma pièce [Tancrède] est fort différente de celle qu'il a plu aux comédiens de charpenter sur le théâtre. (Voltaire)
    • On dit qu’un homme est solidement charpenté quand il est d’une belle ossature.
  3. (Vieilli) Couper grossièrement, tailler maladroitement, taillader.
    • Ce chirurgien est un ignorant, il a charpenté le bras de son malade en voulant lui ouvrir un abcès.

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

Voir charpent (« taille, corps »).

Verbe [modifier]

charpenter \Prononciation ?\ transitif (conjugaison)

  1. Tailler, taillader.
    • Mauvaisement est faiz et joinz
      Cist ponz, et mal fu charpentez.
      (la Charrette, 3044, XIIe s.)
    • Et li rois Phelippes faisoit carpenter engiens dechà mer à grant plenté. (Chr. de Rains, 37, XIIIe s.)
    • Il fit au dehors de la porte faire et charpenter une barriere.. (Froissard, XVe s.)
    • Et combien qu'ilz fussent plusieurs à l'entour de lui à le charpenter, si ne pouvoient ilz trouver moyen de le tuer, tant il estoit fort armé. (Amyot, Arist., XVIe s.)
  2. Charpenter, donner une ossature.
    • Por carpenter ou por machonner. (Beaumanoir, XIIIe s.)
  3. Tramer, machiner.
    • Le roy Charles de France, qui estoit sage et subtil, avait charpenté et oeuvré, entour ses traités, trois ans devant, et bien savoit qu'il avoit de bons amis en Hainaut. (Froissard, liv. I, XVe s.)

Variantes[modifier]

Dérivés[modifier]

Dérivés dans d’autres langues[modifier]

Références[modifier]