constance

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Constance

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin constantia, déverbal de constare (« être ferme », « tenir bon »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
constance constances
\kɔ̃s.tɑ̃s\

constance \kɔ̃s.tɑ̃s\ féminin

  1. Fermeté de l’âme qui lui permet de résister aux choses capables de l’ébranler, telles que la douleur, l’adversité, les tourments, etc.
    • Et la brigade demeura en Belgique. […]. Les plus frénétiques arrosages de shrapnells et de marmites n’ébranlaient pas sa constance. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.91)
    • Non, non, la constance n’est bonne que pour des ridicules ; toutes les belles ont droit de nous charmer, et l’avantage d'être rencontrée la première ne doit pas dérober aux autres les justes prétentions qu’elles ont toutes sur nos cœurs. — (Molière, Dom Juan ou le Festin de pierre, acte I, scène II)
    • Montrer, témoigner de la constance contre la douleur.
    • La fortune a exercé, a éprouvé la constance de ce philosophe.
  2. Persévérance.
    • Il a poursuivi ce dessein avec beaucoup de constance.
    • Il faut qu’il ait eu bien de la constance pour ne point se lasser pendant un si long temps.
    • Travailler avec constance.
    • Aimer avec constance.
    • La constance de son amour, de son amitié.
    • Il n’a point de constance en amour.
    • (Ironique) Il faut que vous ayez bien de la constance pour supporter tant de caprices.
    • Depuis une heure que vous attendez, vous avez de la constance.

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]