d’accord

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
(Redirigé depuis d'accord)
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) → voir d’ et accord

Interjection [modifier]

d’accord \d‿a.kɔʁ\

  1. J’y consens ; j’en conviens.
    • D'accord, il ne faut pas que la drogue entre à l'école. D'accord, il ne faut pas que la violence entre à l'école. D'accord, d'accord, l'école doit rester ce temple sacré moquetté d'amour et tapissé d'intelligence qu'elle n'a jamais été. — (Charb, Mort aux parents d'élèves, dans Les Fatwas de Charb : Petit traité d'intolérance, Les Échappés/Charlie Hebdo, 2014, vol. 2)
    • —[…]. Ce serait idiot de te mettre en danger à cause de moi.
      D'accord, je comprends, concéda Maddie à contre-cœur.
      — (Sherryl Woods, La promesse d'une rose, traduit de l'anglais par Marie-Pierre Corrin, Harlequin, 2010, chap. 19)

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Adverbe [modifier]

d’accord \d‿a.kɔʁ\

  1. En phase avec l’opinion (de quelqu’un).
    • […] nous serons tous d’accord, nous vivrons tous heureux. — (Émile Zola, Travail‎, page 235, 1901, Eugène Fasquelle)
    • Le R. Forrest A. Aldrich exprime cette position de cette manière :
      Beaucoup de jeunes gens pensent que si deux personnes sont d'accord pour le sexe et que les deux sont d'accord sur le fait que ce ne doit pas être un engagement durable et que personne n'en souffrir, alors quel mal y-a-t-il ?
      — (Thomas A. Harris, D'accord avec soi et les autres: Guide pratique d'Analyse Transactionnelle, traduit de l'anglais par Marie-Thérèse d'Aligny, éd. Epi, 1977, Desclée & De Brouwer, 2011)
  2. (Désuet) En adéquation.
    • Cette coutume si peu d’accord avec les habitudes régulières et les douceurs de la vie de famille, offrait d’autant plus d’inconvénients, […] qu’elle plaçait […] le chef de la famille dans la dépendance de son épouse et même de ses enfants […]. — (H.-A. Frégier, Solution nouvelle du probleme de la misere, page 5, 1851, Amyot)
    • Dans les basiliques […], dans les abbayes riches où le travail manuel marchait d'accord avec quelques travaux d'esprit, on ne négligeait ni l'horticulture appliquée aux plantes médicinales, ni les collections de fossiles, de minéraux ou de coquillages […]. — (Paul Lacroix, Le Moyen âge et la Renaissance : histoire et description des moeurs et usages, du commerce et de l'industrie, des sciences, des arts, des littératures et des beaux arts en Europe, Paris, 1851, vol. 4)

Dérivés[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]