convenir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIe siècle) Du latin convenire (« venir avec »).

Verbe [modifier]

convenir \kɔ̃v.niʁ\ transitif indirect 3e groupe (conjugaison) (pronominal : se convenir)

  1. Être convenable, approprié ou adéquat.
    • Puis, apercevant, sur le sentier du bas-côté, un caillou dont l’aspect lui convint, il le ramassa et le mit dans sa poche. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 381 de l’éd. de 1921)
    • De nombreuses expériences m’avaient convaincu que le régime végétarien était celui qui me convenait le mieux et me donnait la plus grande résistance physique. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Il est bien évident que les plantes vivent uniquement dans les milieux qui leur conviennent, […] : ainsi l’isotherme de 4°5 moyenne du mois de janvier concorde remarquablement avec la répartition de Rubia peregrina en Europe occidentale. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.67)
    • Il redoutait probablement de ne plus lui convenir et de rentrer dans le rang, de reprendre le bissac du trimardeur. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 54)
    • C’est l’outil qui convient à cette tâche. — Cela conviendra, cela aura convenu.
    • Cette place, cet emploi lui aurait bien convenu. — C’est un parti qui convient bien à votre fille.
    • Ce style ne convient point au sujet que vous traitez. — Leurs opinions conviennent en tout.
  2. (Impersonnel) Être conforme aux usages, aux conventions, aux nécessités ou besoins. Être utile, à propos.
    • M. Bernard, notaire, sortait de chez lui, à pointe d’aube […]. Il était entièrement vêtu de casimir noir, ainsi qu’il convient à un notaire. — (Octave Mirbeau, La mort du chien ,)
    • C’est ce qu’il convient d’appeler un imbécile. — À cette époque, il aurait convenu à la femme de se taire.
    • Il ne me convient pas d’agir ainsi. — On délibéra longtemps sur ce qu’il convenait de faire.
  3. (Impersonnel) Être souhaitable.
    • Les jeunes femmes ont un sens aigu de ce qu'il convient de faire et de ne pas faire quand on a cessé d'être jeune. « Je ne comprends pas, disent-elles, que passé quarante ans on se teigne en blond ; qu'on s'exhibe en bikini ; qu'on coquette avec les hommes. Moi, quand j'aurai cet âge-là... » — (Simone de Beauvoir, La Force des choses, Éditions Gallimard, 1963, chap.6)
    • Il convient que la raison entreprenne sur le sentiment. — (Anatole France)
    • C'est dans ce cercle de personnages politiques réservés et non de personnalités politiciennes et paradeuses qu'il convient de rechercher le profil du remplaçant que Paul Biya prépare pour le Cameroun », précise le politologue. — (Michel Roger Emvana, Paul Biya: les secrets du pouvoir, Karthala Éditions, 2005, p. 233)
  4. (Pronominal) Être approprié l’un à l’autre, se plaire mutuellement.
    • Ces deux-là ne se conviennent pas.
    • Ce jeune homme et cette jeune fille se conviennent très bien.
  5. Tomber d’accord.
    • Enfin nous convînmes des heures régulières de 10h. 30 et 18 h. pour communiquer désormais journellement et nous nous quittâmes, sur des amabilités réciproques […] — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  6. Faire un accord, une convention.
    • Ils convinrent entre eux de faire telle chose.
    • Ils sont convenus de se trouver en tel lieu. (voir note)
    • Convenir d’un arbitre, d’un article, du temps, du lieu.
    • Convenir du prix de quelque chose.
    • Convenir des termes : S’entendre sur le sens de certains mots qui doivent être employés dans une discussion, un raisonnement.
    • C’est chose convenue.
    • C’est convenu.
    • Langage convenu : Langage d’exception, sur les termes duquel on s’est mis d’accord.

Note :

La règle traditionnelle utilise l’auxiliaire être dans le sens de « se mettre d’accord, reconnaître », et l’auxiliaire avoir dans le sens de « être approprié, être conforme » [1]. On dira donc : « Ce rôle m’a convenu jusqu’ici » ou « Nous sommes convenus de… ». « Nous avons convenu de… » est incorrect selon les puristes [2]. Cette règle néanmoins est peu respectée :
  • Quand elles avaient décidé de vivre ensemble, par économie, elles avaient convenu que chacune préparerait à son tour le petit déjeuner — (Georges Simenon, Strip-tease, ch. 1, Presses de la Cité, 1958)

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]

Catalan[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin convenīre.

Verbe [modifier]

convenir \Prononciation ?\

  1. Convenir.

Espagnol[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin convenīre.

Verbe [modifier]

convenir \Prononciation ?\ 3e groupe (conjugaison) [konbeˈniɾ]

  1. Convenir.

Interlingua[modifier]

Étymologie[modifier]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe [modifier]

convenir \kɔn.ve.ˈnir\ (conjugaison)

  1. Convenir.

Occitan[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin convenīre.

Verbe [modifier]

convenir \Prononciation ?\ (graphie normalisée)

  1. Convenir.

Références[modifier]