faculté

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Vers 1210) Emprunté au latin facultas (« faculté, facilité, capacité »).

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
faculté facultés
\fa.kyl.te\

faculté \fa.kyl.te\ féminin

  1. Puissance physique ou morale qui rend un être capable d’agir d’une certaine manière, de produire certains effets.
    • Alors, quand toutes les facultés sont suspendues, nous devenons semblables aux démons de l’enfer qui ressentent le remords, mais qui ignorent le repentir. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Mais en considérant les facultés corporelles et intellectuelles, et les autres moyens de chaque homme en particulier, nous y trouverons encore une plus grande inégalité relativement à la jouissance du droit naturel des hommes. — (François Quesnay, Observations sur le Droit naturel des hommes réunis en société, 1765)
    • La faculté de comprendre ou l’impossibilité de comprendre, dit fort judicieusement M. Mill, ne peut, dans aucun cas, être considérée comme un critérium de Vérité axiomatique. — (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire, 1864)
  2. (Par extension) Cette possibilité d’agir, en parlant de choses.
    • L’aimant a la faculté d’attirer le fer.
  3. (Vieilli) Pouvoir, moyen, droit de faire une chose.
    • Les anciens socialistes avaient eu l’intuition de cette loi lorsqu'ils avaient deman­dé que chacun produisît suivant ses facultés ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.354)
    • Il est mineur, il n’a pas la faculté de disposer de ses biens.
  4. (Au pluriel) Les biens, les ressources, les moyens d’une personne.
    • Tous les hommes sont frères ; ils apportent, en naissant, des droits égaux aux avantages que la société procure. Ils ne diffèrent entre eux que par les facultés personnelles ; […]. — (Achille de Jouffroy, Avertissement aux souverains sur les dangers qui menacent l'Europe, p.34, 1831)
    • Deux sortes de personnes contractent nécessairement beaucoup d'insensibilité: les chirurgiens, les prêtres. A voir toujours souffrir et mourir, on meurt peu à peu soi-même dans les facultés sympathiques. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, préface de la 3e édition, p.XVIII)
    • L'aliéniste aggravait son cas : Legone ayant vu s'ébrécher pas mal de ses facultés pendant la guerre, son sens de l’humour n'était plus garanti. — (Odile Bouhier, De mal à personne, Presses de la Cité, 2012, chap.52)
  5. Corps d’enseignement supérieur formant une fraction d’une université.
    • […] les Papes […] font de l'Université de Paris, devenu le centre des études scolastiques au début du XIIIe siècle, « la citadelle de la foi catholique ». Au dessus des Facultés des arts, les dominant et les régentant de très haut, se dresse la Faculté de théologie. — (Louis Rougier, Histoire d'une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, éd.1966)
    • La victime, face contre terre, était coincée dans la ruelle du lit, fesses en l'air. Pas besoin d'être diplômé de la faculté Xavier-Bichat pour comprendre qu'il était raide mort. — (Patrick de Funès, médecin malgré moi, 2008)
  6. (Absolument) La faculté de médecine, ou un médecin traitant qui y a été formé.
    • Par ordonnance de la faculté.
  7. (Désuet) Genre d’exercice ou de composition scolaire.
    • Il a eu le prix en différentes facultés.

Synonymes[modifier]

division d’une université

  • U.F.R. (remplace en France le terme de faculté)

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]