feutrer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XVIe siècle) De feutre.

Verbe [modifier le wikicode]

feutrer \fø.tʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Mettre en feutre du poil ou de la laine.
    • Pour feutrer la laine, deux techniques sont utilisées : le feutrage à l'eau chaude et le feutrage par piquetage. — (comment feutrer la laine par la technique du lavage ?, abcfeminin.com)
    • Il existe deux types de laine à feutrer : la laine cardée « brute » (appelée « en nappe ») et la laine cardée prête à être filée (appelée laine « en mèche »). — (Nathalie Franckx, Créations en laine feutrée pour tous, page 5, Tutti frutti, 2006)
    • (Absolument) Feutrer à chaud.
    • Feutrer à froid.
  2. Prendre l’aspect du feutre, à cause de l’usure, du frottement (en parlant de tissu ou tricot de laine).
    • Normalement, quand on lave un pull en laine, on fait très attention pour que justement, il ne feutre pas. — (Feutrer des pulls de laine, et le faire exprès, petitcitron.com/blog, 8 septembre 2016)
    • C'est aussi l'altération d'un textile qui a été brusqué, à savoir qu'on l'a beaucoup secoué dans un liquide avec du savon en alternant l'eau chaude et l'eau froide. C'est ça qui fait feutrer vos jolis pulls, Mesdames. — (Le feutrage, feedautomne.over-blog.com, 23 novembre 2014)
  3. (Sellier) Remplir de bourre.
    • Feutrer une selle.
  4. (Figuré) Assourdir les bruits, atténuer tous les contacts par précaution.
    • Plus exactement, elle feutrait certains mots, et cela les rendait plus doux, leur donnait une poésie imprévue. — (Georges Sim (pseudonyme de Georges Simenon), L’Homme à la cigarette, Tallandier, 1931, chapitre 2 de la deuxième partie)
    • À pas feutrés, comme un seul homme, la harka suit son lieutenant. — (Bachaga Boualam, Les Harkis au service de la France, p.107, France-Empire, 1963)
    • Car c’était son domaine à elle, feutré d’ombres et de silence. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. IV, Gallimard, 1937)

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]