musard

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Mot dérivé de muser avec le suffixe -ard.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin musard
\my.zaʁ\

musards
\my.zaʁ\
Féminin musarde
\my.zaʁd\
musardes
\my.zaʁd\

musard

  1. (Vieilli) (Familier) Qui passe son temps à muser, à ne rien faire, désoeuvré, flâneur, oisif.
    • Un coup de sifflet de Zirone – coup de sifflet de gamin musard - fit envoler tout un groupe de ces pigeons bleus … — (Jules Verne, Mathias Sandorf)
    • Mademoiselle, haussant les épaules, nous rentre à l’hôtel, traînardes, égrenées, si musardes qu’elle doit toujours en attendre quelqu’une au détour des rues. — (Willy [Henry Gauthier-Villars] et Sidonie-Gabrielle Colette, Claudine à l’école, Le Livre de Poche, 1900, p. 188)
    • La chambre d’un vieil homme n’a pas besoin d’être coquette ; il suffit qu’elle soit propre et Thérèse y pourvoit. Celle-ci est, de plus, assez imagée pour plaire à mon esprit resté un peu enfantin et musard. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 206.)
    • Antoine ne répondait aux menaces paternelles que par des paroles de défi. Ainsi, non seulement il était musard, paresseux, indiscipliné, mais il manquait encore à ses devoirs de piété filiale. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 31.)
    • Il réfléchit quelques instants, et de sa voix musarde, collant aux mots comme ses semelles au cambouis du chemin :
      – C’est fini pour eux, pas pour nous !...
      — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 20.)

Dérivés[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
musard musards
\my.zaʁ\

musard \my.zaʁ\ masculin (pour une femme, on dit : musarde)

  1. Désœuvré, oisif, personne passant son temps à flâner, à rêver.
    • La France nouvelle a donc raison sous ce rapport. Certainement à voir le sentiment d’indifférence avec lequel les populations désempressées prêtent maintenant l’oreille au récit qu’il leur fait lui-même de ses aventures militaires, on a grand’peine à se rappeler qu'après juillet 1830, et durant un trimestre au moins, il passa dans l’esprit de certains musards, pour l’un des premiers capitaines du siècle. — (Le Charivari, 1833)
    • Un « tu n'es pas encore en route, musard », qui partit de la chambre voisine, me dispensa de répondre par un refus à cette offre de Maurice, […] — (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes T. 1, 1833)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]