océan

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Océan, oceán, ocean

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1120) Du latin Oceanus, emprunté au grec ancien Ὠκεανός, Ôkeanos (« Océan », dieu de la mer ou « Atlantique »), via l’ancien français occean.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
océan océans
\ɔ.se.ɑ̃\
Carte des océans

océan \ɔ.se.ɑ̃\ masculin

  1. Étendue d’eau salée couvrant la majeure partie de la Terre.
    • Naviguer sur l’océan. — Une île perdue dans l’immensité de l’océan.
    • Ne jouerons-nous jamais
      Ne serait-ce qu’une heure,
      Rien que quelques minutes,
      Océan solennel,
      Sans que tu aies cet air
      De t’occuper ailleurs ?
      (Eugène Guillevic, Carnac, 1961)
  2. Chacune des quatre ou cinq divisions majeures de l’océan :
    • L’océan Atlantique.
  3. (Par extension) Grande étendue d’eau.
    • […] et, à cet instant précis, le halètement sourd d’une locomotive et son cri rauque montant dans un jet de vapeur, m’emplirent d'un tel tumulte de sensations heurtées qu’eussé-je vu l’océan surgir et balayer de contraste le hideux mur de l’hôpital Lariboisière, ma stupéfaction n’aurait pas été plus profonde. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Lors de mon voyage en Grèce j’ai pu admirer la beauté de l’océan qui s’offrait à mes yeux.
  4. (Figuré) Grande étendue.
    • Après avoir gravi pendant deux heures , nous atteignons vers midi le plateau terminal, du haut duquel on domine un paysage effroyable. Un océan de neige! C'est la Sibérie au cœur de l'hiver. (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.83)
    • Vers l’est, l’océan nuageux s’étendait bleu sombre à perte de vue, et Bert crut qu’il contemplait l’hémisphère entier du monde. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 95 de l’éd. de 1921)
    • Rocamadour : le Mont-Saint-Michel d’un océan de pierre et tout aussi émouvant que celui des flots. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]