pourpoint

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Pourpoint, pour point

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Substantivation de l’adjectif ancien français porpoint (« piqué, brodé ») ou aussi parpoint (« pourpoint ») dérivés du latin perpungo (« piquer au travers ») → voir per-, poindre, point et piqué.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
pourpoint pourpoints
\puʁ.pwɛ̃\
Chausses portées avec un pourpoint.

pourpoint \puʁ.pwɛ̃\ masculin

  1. (Habillement) Justaucorps, chemise ou habit d’étoffe piquée qui couvrait le corps du cou jusqu’à la ceinture.
    • "Philandre : Ce blasphème à tout autre aurait coûté la vie.
      - Tircis : Nous tomberons d’accord sans nous mettre en pourpoint.
      C’est-à-dire sans nous mettre en chemise pour nous battre (Corneille, Mélite)
    • Il portait un élégant pourpoint garni de zibeline, un haut-de-chausses très-ample et des souliers fendus dans toute leur longueur. (Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, Le Diable à Berlin, 1820, Traduit par Henry Egmont)
    • Mon pourpoint n’est pas plus vieux que les tapisseries de la couronne. (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Il était simplement mis, mais élégamment vêtu d'un pourpoint de drap violet foncé avec de légères broderies de soie de même couleur. (Alexandre Dumas, Les Deux Diane, 1847, chap.1)
    • Puis il passa par-dessus son jacques des chausses et un pourpoint gris et argent, qui étaient ses couleurs favorites. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, vol. I, ch. II)
    • Ce furent les Croisades qui firent pénétrer en France l’usage des parfums : on introduisait ceux-ci sous forme de peaux odoriférantes destinées à faire des pourpoints, des ceintures, des gants. (Marcel Hégelbacher; La Parfumerie et la Savonnerie, 1924)
    1. Camisole.
      • (Poétique) pourpoint de pierre, prison.
      • Il ne sera pas bien à Lyon, de peur d’un pourpoint de pierre de taille en Pierre-Ancise. [Patin, Lettres choisies]
    2. (Histoire) Cotte d’armes en taffetas, rembourrée, qui se portait sous l’armure.
      • pourpoint de sental.
  2. (Rare) (Désuet) (Cuisine) Morceau d’un lapin, d’un lièvre.
    • M. de Chevreuse se hâtait de manger quelque pourpoint de lapin, quelque grillade, enfin ce qui avait le moins de suc. (Louis de Rouvroy de Saint-Simon, Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]