que dalle

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(XIXe siècle) Étymologie incertaine[1] :
  • Soit du breton dall (« aveugle ») [2], voir que dalle, « voir comme un aveugle » ;
  • Soit du romani dail (« rien ») [3], la première attestation, en français, est sous la forme dail[1], en 1829 ;
  • Soit de l’occitan coa d’ala [4], « bout de l’aile (à manger) » soit pas grand chose ;
  • Le rapport avec dalle est douteux[1].
  • Soit du français populaire « avoir la dalle », celle que l’on a au ventre, le ventre vide faisant ressentir une sorte de « barre » à l’estomac, de sorte que quand on dit « que dalle », cela peut avoir d’abord signifié « rien que la faim », « rien à se mettre sous la dent » (allusion au geste la faisant résonner avec l’ongle du pouce), puis simplement « rien du tout ».

Pronom indéfini[modifier | modifier le wikicode]

que dalle \kə.dal\

  1. (Familier) Rien, rien du tout.
    • Il y eut pas mal de Roumanis d’arrêtés. Séances de cour d’Assises. Condamnations. Mais personne n’y comprenait que dalle. (Blaise Cendrars, L’Homme foudroyé, 1945)
    • Entraver que dalle : Ne rien comprendre.

Variantes[modifier | modifier le wikicode]

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Locution interjective[modifier | modifier le wikicode]

que dalle \kə.dal\

  1. (Familier) Rien, macache. Signale un refus, un échec, etc.
    • — Tu te crois fort, hein ? demanda-t-elle. Ses belles lèvres charnues esquissèrent une moue méprisante. Que dalle ! Oui, parfaitement, tu n’es qu’un sale trouillard. (Ákos Kertész, Makra, traduction de Georges Kassai et Gilles Bellamy, L’Harmattan, Paris, 2006, page 158)

Variantes[modifier | modifier le wikicode]

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

→ voir rien

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • [2] Morvan Lebesque, Comment peut-on être breton ?, Seuil, 1970, page 117
  • [3] Claude Duneton, La Puce à l’oreille : anthologie des expressions populaires avec leur origine‎, Balland, 1991, page 278
  • [4] Florian Vernet, Que dalle ! Quand l’argot parle occitan, Institut d’études occitanes (Institut d’estudis occitans), 2007, ISBN : 9782859103941