ruer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(XIIIe siècle) Du bas latin *rutare (« lancer »), intensif créé sur rutum, le supin de ruere « lancer, renverser, bousculer » et « se ruer ».

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

ruer \ʁɥe\ intransitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se ruer)

  1. (Vieilli) (Transitif) Jeter ou lancer vivement.
    • Celui dont le tour était arrivé sortait du rang pour la liberté de ses mouvements et ruait son bâton. (Tir à l’oie et arrochage des coqs (Champagne), dans la Revue de folklore français et de folklore colonial, Larose, 1936, vol.7-8, p.36)
    • Arrocher est un vieux mot champenois qui signifie jeter des pierres, ruer des bâtons vers un but. (Bernard Coussée, Le coq: folklore et mythologie d'un oiseau, à compte d'auteur, 1992, p.52)
  2. (Vieilli) (Intransitif) Agiter ou projeter vivement ses membres ; se débattre.
    • La bave aux lèvres la malheureuse tentait d'arracher violemment ses vêtements mais ses douleurs semblaient si vives qu'elle ne parvenait qu'à se mettre en sang. Se rongeant la peau de ses ongles elle ruait en tout sens. (Alexandre Cadet-Petit, La femme, un roman de plus de 69 pages, Desnel, 2008, p.165)
  3. Lancer vivement en arrière ses pattes de derrière, en parlant d’un équidé.
    • La veille, le long d'une rivière qui coulait dans une étroite vallée entre des montagnes, le cheval rua. Il m'envoya dans les airs depuis le haut d'une butte en surplomb au-dessus de la rivière, […]. (Les Portugais au Tibet: les premières relations jésuites (1624-1635), traduites & présentée par Hugues Didier, Paris : Chandeigne-Librairie Portugaise, 1996, p.192)
    • Et ce n'est pas qu'il trottât mal, ou qu'il ruât, ou qu'il fût encore plus âne que les autres ânes. (Vladimir Volkoff, Les Brumeurs de la mer : Olduvai͏̈, Julliard/L'Âge d'Homme, 1980, p.222)
  4. (Pronominal) Se jeter impétueusement sur quelqu’un, sur quelque chose.
    • Suis-je une brute inconsciente, livrée au despotisme de l’instinct, vouée au fatalisme de la perversité ? Un fou que le sang attire comme des lèvres de femme, et qui se rue au meurtre, comme on se rue à l’amour ? (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
    • On craignait qu'à l'occasion du programme d'aide les capitaux américains ne se ruassent sur l'Europe. Il n'y a pas eu de vague américaine sur l'Europe de l'OECE. (Gérard Bossuat, L'Europe occidentale à l'heure américaine: 1945-1952, Éditions Complexe, 1992, p.184)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]