un point c’est tout

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
(Redirigé depuis un point c'est tout)

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

 Composé de un, point, être et tout. Par référence au signe de ponctuation qui termine la phrase.

Locution-phrase [modifier le wikicode]

un point c’est tout \œ̃ pwɛ̃ s‿ɛ tu\ invariable

  1. Pour mettre un terme à une discussion, sur le ton impérieux.
    • Fais ce que je te dis, un point c’est tout !
    • Vous êtes bien d’accord : pour trouver un mari, il n’y a pas trente-six moyens, il faut fréquenter des garçons, un point c’est tout. — (Alexis Large et Albert Aycard, Les Perles de Vénus, Denoël, 1963)
    • On arrivera quand on arrivera, un point c’est tout ! — (Frank Margerin, Le Danger public, Les Humanoïdes Associés, 1994)
    • «De motivés, nous sommes aujourd’hui passés à soumis. Laissés pour compte avec un bon vieux «parce que j’ai dit que c’est comme ça, un point c’est tout!», exprimait un Bruxellois interrogé par le réseau d’information continue LCI, lorsque la mesure a été adoptée l’automne dernier, avant d’être abandonnée. — (Karine Gagnon, Legault sème la confusion, Le Journal de Québec, 15 avril 2021)
  2. Pour montrer des limites : pas davantage, pas plus que cela.
    • Tu ouvres ton album tous les trente-six du mois pour le regarder : un point, c’est tout ! — (Paul Berna, Millionnaires en herbe, éditions G. P. Rouge et Or, 1958)
    • Celle-là, elle était bonne pour encaisser le pèze. Un point, c’est tout. — (Victor Victus, De la boue et des roses, éditions de la Flamme d’or, 1953)
    • — C’est toi qui me fais suer. Tu étais d’accord pour me raccompagner chez moi, un point, c’est tout ! Je n’ai aucune envie de m’arrêter en route, fit Gin. — (Tito Topin, 55 de fièvre, Série noire, Gallimard, 1983, page 10)

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]