fugitif

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Siècle à préciser) Du latin fugitivus (« qui s’enfuit ») du verbe latin fugere.

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin fugitif
/fy.ʒi.tif/
fugitifs
/fy.ʒi.tif/
Féminin fugitive
/fy.ʒi.tiv/
fugitives
/fy.ʒi.tiv/

fugitif

  1. Qui s’enfuit ou qui s’est enfui.
    • Un esclave fugitif. Errant et fugitif.
  2. (Figuré) Ce qui passe ou se dérobe avec quelque rapidité ; fugace.
    • Une ombre fugitive. L’onde fugitive.
  3. (Figuré) Fuyant, fugace, qui ne subsiste pas, qui est passager, peu durable.
    • De fugitives lueurs jaunes apparurent dans les vagues violettes comme des visages de sirènes sous des chevelures d'algues mauves. (Pierre Louÿs, Aphrodite, 1896)
    • Pièces ou poésies fugitives, pièces de poésie légère, souvent inspirées par les circonstances.
    • Les poëtes académiques du XVIIe et du XIIIe siècle n'auraient pas plus compris de telles inspirations que les paysans n'eussent admiré leurs odes, leurs épîtres et leurs poésies fugitives, si incolores, si gourmées. (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Chansons et légendes du Valois, 1854)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin fugitif
/fy.ʒi.tif/
fugitifs
/fy.ʒi.tif/
Féminin fugitive
/fy.ʒi.tiv/
fugitives
/fy.ʒi.tiv/

fugitif /fy.ʒi.tif/ masculin

  1. (Substantivement) Personne en fuite.
    • Les tramways, les chemins de fer, les bacs à vapeur avaient cessé de circuler, et seule la lumière des flammes éclairait la route des fugitifs affolés dans cette ténébreuse confusion. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 243, Mercure de France, 1921)
    • Ayant acquis la preuve des relations qui existaient entre Césaire et les assiégeants, les habitants décidèrent de déposer l'évêque dans une barque et de le lâcher sur le Rhône. […] et, sans doute pour éviter que le fugitif ne renseignât les assiégeants sur la situation de la ville, on dût renoncer au projet. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]