simulacre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(XIIe siècle) Provient du latin simulacrum, à rattacher au verbe simulo. [1] [2] [3]

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
simulacre simulacres
/si.my.lakʁ/

simulacre /si.my.lakʁ/ masculin

  1. (Religion) (Surtout au pluriel) Image, statue, idole, représentation d'une divinité.
    • Les images sont les livres des idiots. (…) Tout ce que les hommes apprennent de Dieu par les images, est frivole, et même abusif. (…) Car ils [les prophètes] mettent tous simulacres à l'opposite de Dieu, comme choses contraires, et qui ne se peuvent nullement accorder. (Calvin, Institution de la religion chrétienne, I, 11, 1535, éd. 1859, tome 1, p. 41)
    • Les simulacres des dieux.
    • Je ne suis pas la secte de Pythagore, que les hommes prennent une âme nouvelle quand ils approchent des simulacres des dieux pour recueillir leurs oracles. (Montaigne, Essais, III, 2, Du repentir, 1595)
    • Adorer, vénérer un simulacre de la divinité; renverser, détruire les simulacres des anciens dieux.
  2. Apparence qu'on pourrait prendre pour une réalité: illusion, fantôme, spectre,ectoplasme, apparition.
    • De vains simulacres répandent la terreur dans le Nevada.
    • Lorsque tu vois bouillonner dans la plaine tes légions innombrables, qui offrent un simulacre de bataille ; lorsque tu vois la mer écumer sous tes flottes qui se développent et manœuvrent au sein des ondes, penses-tu que la superstition timide fuit épouvantée par cet appareil ; que les terreurs de la mort se dissipent, et te laissent à jamais la paix du cœur ? (Lucrèce, De la nature, Livre II, trad. coll. Nisard, 1868)
  3. (Figuré) Apparence,représentation d'un objet . (Style relevé ou parodique) Représentation d'un objet noble ou prisé. SYN. apparence, caricature, artefact, succédané.
    • […], il fit une seconde halte pour lire ces mots : À la Belle-Étoile, écrits en légende sous une peinture qui représentait le simulacre le plus flatteur pour un voyageur affamé : c’était une volaille rôtissant au milieu d’un ciel noir, […]. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Dans les derniers règnes des Mérovingiens, il n’y avait plus qu’un simulacre de puissance royale.
    • Après César, il n’y eut plus qu’un simulacre de république romaine.
  4. (Par extension) Action exécutée pour faire illusion, sans conviction; faux-semblant, comédie, chiqué.
    • J'effectuais une fois de plus les deux ou trois menus simulacres professionnels qu'on attendait. (Céline, Voyage au bout de la nuit, 1932)
    • La misère, quoi qu’on en pense, n’incite pas au crime : elle engendre tout au plus […] d’aigres et soudaines criailleries, aboutissant parfois à un simulacre de bagarre que l’ombre du premier flic venu suffit à réprimer. (Francis Carco, L’Homme de Minuit, 1938)
    • Au passage de chaque animal, les femmes faisaient le simulacre de lui asséner des coups de couteau. (Out-el-Kouloub, Nazira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • Un simulacre de duel, un duel pour la forme, symbolique, pour sauver la face.
    • Un simulacre d'exécution, une exécution capitale feinte, mise en scène; une fausse exécution pour tromper l'opinion.
  5. (En particulier) (du point de vue d'un contradicteur) Mauvaise imitation.
    • un simulacre de vertu républicaine des faux-semblants, une hypocrisie généralisée.
    • un simulacre de justice: une justice expéditive, aux mains du pouvoir en place. Un simulacre de démocratie, une mauvaise imitation, à laquelle plus personne ne croit.
    • Après ces lois liberticides, il n’y eut plus qu’un simulacre de république.
    • Le petit Conseil [de Genève] pourrait donc supprimer absolument les Conseils généraux (…) Il ne le fait pas toutefois, (…) Un simulacre de liberté fait endurer plus patiemment la servitude. (Rousseau, Lettres écrites de la montagne, Lettre 7, 1764) [4]
    • Un simulacre de dévotion dévotion feinte, tartufferie.

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Félix Gaffiot, Dictionnaire latin français, Hachette, 1934 (simulacrum)
  2. Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872-1877 (simulacre)
  3. TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé (1971-1994) (simulacre)
  4. http://fr.wikisource.org/wiki/Lettres_écrites_de_la_montagne/Texte_entier