écheveau

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(XIIe siècle) En ancien français eschevel, eschief, eschavoir. Probablement[1] issu du latin scabellum (« escabeau »), par analogie de forme qui se retrouve en provençal avec escanh (« escabeau »), escanha (« dévidoir »), en ancien français escaigne[2] (« écheveau ») pour leur part issu du latin scamnum (« escabeau »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
écheveau écheveaux
\e.ʃə.vo\

écheveau \e.ʃ(ə).vo\ masculin

Écheveaux
  1. Assemblage de fils de chanvre, de soie, de laine, de coton repliés en plusieurs tours, afin qu’ils ne se mêlent pas.
    • Sur des perches partant du haut des greniers, des écheveaux de coton séchaient à l’air. (Gustave Flaubert, Madame Bovary , 1857)
    • Or les écheveaux à numéroter à Tourcoing sont généralement d’un dévidage difficile, contrairement à ce qui se passe à Roubaix. (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  2. (Figuré) Ensemble d’éléments confus.
    • Je m’enferrais de nouveau dans notre écheveau de mensonges. (Glen Cook, Le Château noir, 1984)
    • C’est un écheveau embrouillé, se dit d’une affaire compliquée, ou de son récit, ou de toute explication confuse.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. « écheveau », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage
  2. Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881-1902 → consulter cet ouvrage (escaigne)