échevin

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XVIe siècle) De l’ancien français eschevin, de l’ancien bas-francique *skapin « juge », du latin vulgaire (de France) scabinus « juge » (époque mérovingienne jusque vers le VIIIe siècle). Également rattaché au vieux haut-allemand skepen[1] qui donne Schöffe (« échevin ») en allemand et schepen (id.) en néerlandais.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
échevin échevins
\e.ʃ(ə)vɛ̃\
ou \ɛʃ.vɛ̃\
Huile sur bois.
Portrait d’un échevin (sens 2) par Étienne de Martellange, 1568

échevin \e.ʃ(ə)vɛ̃\ ou \ɛʃ.vɛ̃\ masculin

  1. (Histoire) Dans l’empire carolingien (à partir du IXe siècle), juge adjoint du tribunal comtal.
    • Il était en effet un peu dur ... d'être obligé de faire fête en bon accueil, lui Charles de Bourbon, à je ne sais quels bourgeois; lui cardinal, à des échevins — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
  2. (Histoire) Dans les villes du Nord de la France (puis dans la plupart des villes du royaume de France), magistrat municipal (fonction aujourd’hui dévolue au seul maire qui préside la municipalité au nom du peuple souverain, mais avec des pouvoirs plus limités) dont la charge était de représenter les pouvoirs fondamentaux du souverain sur ses terres, et donc d’y faire appliquer le droit des individus et sociétés, d’y organiser la police et la perception pour lui des taxes et de l’échet.
    • Premier, second échevin.
    • Le prévôt des marchands et les échevins de Paris.
    • Les échevins de Toulouse étaient appelés capitouls.
    • On y avait naguère retenu un échevin accusé de malversations et, plus anciennement, un seigneur gagné à prix d’or au parti français ; rien n’était plus convenable qu’un tel lieu de détention. — (Marguerite Yourcenar, L'Œuvre au noir, Troisième partie « La prison », chapitre « L’acte d’accusation », Gallimard, Paris, 1968, page 297)
  3. (Belgique) (Luxembourg) Membre du collège communal à fonction exécutoire présidé par le bourgmestre, chargé d’un domaine de l’administration communale. Il est élu par le conseil communal en son sein, une entité distincte à fonction décisionnelle (pour une femme, on dit : échevine).
    • Le bourgmestre et ses échevins de l’état civil, et des travaux publics.
    • Il a été nommé échevin de la culture.
  4. (Canada) (Désuet) Adjoint au maire, conseiller municipal représentant d’un quartier donné (pour une femme, on dit : échevine).
    • Il a été échevin pour le quartier Saint-Roch.

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • échevin sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier le wikicode]

  1. Brachet, Auguste, Dictionnaire des doublets ou doubles formes de la langue française, A. Franck, 1868-1871, Paris, page 23.