aboiement

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Dériver d’aboyer avec le suffixe -ment.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
aboiement aboiements
\a.bwa.mɑ̃\

aboiement \a.bwa.mɑ̃\ masculin

  1. Son émis par le chien et par d’autres canidés.
    • À l'époque du frai, il pousse spontanément un petit cri peu harmonieux, qui participe de l'aboiement du roquet et du pépiement du poussin. (Jean Rostand, La vie des crapauds, 1933)
    • […], et la porte ayant été ouverte, les chiens s'échappèrent en jetant de longs aboiements de satisfaction. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Ils fuyaient, et déjà les aboiements des chiens s’étaient lassés. (Isabelle Eberhardt, Dans la dune)
    • […], je passe une nuit excellente dans mon lit de camp, et mon long sommeil réparateur n'est interrompu que pendant quelques instants par des aboiements furibonds répondant aux glapissements lointains d'un chacal. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 40)
    • Le chant des coqs, l’aboiement des chiens, les appels des oiseaux l’éveillèrent. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 99 de l’éd. de 1921)
  2. (Par extension) Bruit ou cri désarticulé ressemblant à un aboiement.
  3. (Figuré) (Péjoratif) Paroles, discours violents ou haineux.

Variantes orthographiques[modifier]

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]