aboiement

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Dériver d’aboyer avec le suffixe -ment.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
aboiement aboiements
\a.bwa.mɑ̃\

aboiement \a.bwa.mɑ̃\ masculin

  1. Son émis par le chien et par d’autres canidés.
    • À l'époque du frai, il pousse spontanément un petit cri peu harmonieux, qui participe de l'aboiement du roquet et du pépiement du poussin. — (Jean Rostand, La vie des crapauds, 1933)
    • […], et la porte ayant été ouverte, les chiens s'échappèrent en jetant de longs aboiements de satisfaction. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Ils fuyaient, et déjà les aboiements des chiens s’étaient lassés. — (Isabelle Eberhardt, Dans la dune)
    • […], je passe une nuit excellente dans mon lit de camp, et mon long sommeil réparateur n'est interrompu que pendant quelques instants par des aboiements furibonds répondant aux glapissements lointains d'un chacal. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 40)
    • Le chant des coqs, l’aboiement des chiens, les appels des oiseaux l’éveillèrent. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 99 de l’éd. de 1921)
  2. (Par extension) Bruit ou cri désarticulé ressemblant à un aboiement.
  3. (Figuré) (Péjoratif) Paroles, discours violents ou haineux.

Variantes orthographiques[modifier]

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]