aller-retour

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(début XXe siècle) Composé de aller et de retour.
Note : par syncope de aller et retour

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
aller-retour aller-retour
allers-retours
\a.le.ʁə.tuʁ\
Singulier Pluriel
aller-retour aller-retours
\a.le.ʁə.tuʁ\

aller-retour \a.le.ʁə.tuʁ\ masculin

  1. (Voyage) Trajet d’un endroit à un autre avec retour au lieu de départ.
    • Le Concorde peut effectuer un aller-retour transatlantique en un peu plus de six heures. — (Rapport : Commission d'enquête sur l'aéroport, Ottawa/Canada, 1977, page 20)
    • Tout notre secteur bénéficie, de la sorte, pendant la majeure partie du XXe siècle, d’au moins un aller-retour par jour à destination de Saint-Étienne et de l’ouest de son agglomération. — (Didier Nourrisson, Jean-François Brun, Histoire contemporaine et patrimoine : la Loire, un département en quête de son identité, 2008)
    • A l’échelle mondiale, 10 milliards de messages sont échangés chaque heure, soit la consommation de 15 centrales nucléaires ou 4 000 allers-retours en avion entre Paris et New York. — (Fabien Trécourt, Cliquer, c’est polluer, Version Femina n° 864, octobre 2018, page 42)
  2. (Transport) Billet pour ce trajet.
    • […] j’ai acheté un aller-retour pour Londres sur Virgin Atlantic pour 300 € et décollé dans l’heure qui suivait. — (Timothy Ferriss, La semaine de 4 heures : Travaillez moins, gagnez plus et vivez mieux !, Pearson, 2010, page 259)
  3. Mouvement alternatif effectué dans un sens, puis dans l’autre.
    • Comme une machine à coudre qui avance le tissu, l’arrête le temps d’un aller-retour de l’aiguille qui le pique, […] — (Cahiers du cinéma, Numéros 284 à 295, 1978, page 93)
    1. (Communication) Information circulant entre deux destinataires dans un sens puis dans l’autre.
      • Créer un canal d’information (aller-retour) pour informer des partenaires sélectionnés et recevoir leur rétroaction. — (Pierre Collerette, ‎Robert Schneider, ‎Martin Lauzier, Le pilotage du changement, PUQ, 2012, page 254)
    2. (Familier) Une double gifle, donnée avec le plat et le revers de la main.
      • Et cette fois- ci, leur hostilité éclate au grand jour : Hélène et Camille échangent une gifle aller-retour de leurs gants d’opéra, d’un même geste martial. — (Dominique Kelly-Perro, Mode éthique de mi-saison : nouvelles amorales précédées d’un essai introductif, TheBookEdition, 2011, page 133)
    3. (Couture) Déplacement du tissu pendant le piquage sur une machine à coudre.
      • La piqûre des lignes ne doit pas être sécurisée par un aller-retour, ni au début ni à la fin. — (Christelle Beneytout, Guide de couture à la machine à coudre, Editions Eyrolles, 2014)

Notes[modifier le wikicode]

Le pluriel est soumis à controverse. En effet, on trouve des règles spécifiant qu’un « aller-retour » doit rester invariable au pluriel  [1], et d’autres sources qui écrivent « allers-retours » ou « aller-retours ».
L'Académie française (via son Service du Dictionnaire où les internautes peuvent poser directement une question) donne comme pluriel : « des allers-retours ».
La réforme de l'orthographe de 1990 recommande un pluriel comme pour un mot simple, « aller-retours ».

Synonymes[modifier le wikicode]

communication :

Antonymes[modifier le wikicode]

voyage, transport :

Variantes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
aller-retour aller-retours
\a.le.ʁə.tuʁ\

aller-retour \a.le.ʁə.tuʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Sport) Se dit de deux matchs joués successivement sur les terrains des deux adversaires.
    • Des matchs aller-retours.
    • Les huitièmes de finale se jouent en match aller-retour.

Prononciation[modifier le wikicode]

Homophones[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • [1] Dictionnaire Bordas des pièges et difficultés de la langue française, Larousse Bordas, 1996, p. 33