calebasse

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1527) calebace (« grosse courge, séchée et vidée, servant de récipient ») ; de l’espagnol calabaza, lui-même de l’arabe قربة, qirba (« outre pour l'eau »)[1][2] qui a donné aussi le sicilien caravazza et le portugais cabaza. Peut-être apparenté [1] à carapace.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
calebasse calebasses
\kal.bas\
Une calebasse (1).
Des calebasses (2).

calebasse \kal.bas\ féminin

  1. (Botanique) Fruit du calebassier.
  2. (Plus courant) Un de ces fruits, vidé et séché, et qui sert à contenir des boissons et à divers autres emplois.
    • Il n’y avait dans ce lieu qu’une natte de feuilles de papaya, une calebasse pour puiser de l’eau, quelques vases de bois, une bêche, un serpent familier. — (François-René de Chateaubriand, Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert)
    • Nous retournâmes à la hutte qui nous avait été assignée, où bientôt après le prince nous envoya une calebasse de lait et de déguet qu’il me priait d’accepter. — (René Caillié, Voyage à Temboctou et à Jenné, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • Alors, la sorcière lui a donné un parchemin dans une calebasse qu’il porte toujours sur lui quand il est en mer ; mais, à sa place, il y a longtemps que j’aurais jeté au feu parchemin et tout ; ou bien je l’aurais donné à un prêtre, car qui traite avec le diable est toujours mauvais marchand. — (Prosper Mérimée, Lettres d’Espagne, 1832, rééd. Éditions Complexe, 1989, page 116)
  3. (Populaire) Tête.
    • Ne rien avoir dans la calebasse (être simple d’esprit ou sot).
  4. (Métallurgie) (Belgique) (Vieilli) Petit appareil, proche du cubilot, utilisé pour fondre des métaux en petite quantité.
    • On les appelait alors calebassiers, du nom donné à leur rustique appareil de fusion qui composait l’essentiel de leur outillage : la calebasse portative. — (René-Antoine Ferchault de Réaumur, L'Art de convertir le fer forgé en acier et l'Art d'adoucir le fer fondu, ou de faire des ouvrages de fer fondu aussi finis que de fer forgé, 1722, cité dans Le Savoir ... Fer, 5ème édition, savoir.fer.free.fr)
    • A Bruxelles, la calebasse est employée pour couler de petits objets, tels qu’ornements, candélabres, statuettes, réchauds, grilles de fourneaux portatifs, fers à repasser le linge, rampes d’escaliers, etc. — (B. Valérius, De la calebasserie, article paru dans le Bulletin du Musée de l'industrie, tome Ier, n° 1, 1842, page 198, et dans Le Technologiste, ou Archives des progrès de l’industrie française et étrangère, tome III, De Roret, Paris, septembre 1842, page 529)
    • Dans quelques cas assez rares, et pour de grosses pièces seulement, on fond dans un petit cubilot ou dans une calebasse, on fait des moules en sable d'étuve ou en sable vert un peu séché. — (Fabrication de la fonte malléable, dans le Portefeuille économique des machines, de l'outillage et du matériel, Librairie polytechnique Ch. Béranger, Paris, mai 1873)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • Friedrich Christian Diez, An Etymological Dictionary of the Romance Languages, Edinburgh, 1864, p. 107
  • Henri Lammens, Remarques sur les mots français dérivés de l'arabe, Beyrouth Impr. Catholique, 1890, p. 68