fondre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1050) Du latin fŭndĕre (« verser, fondre »).

Verbe [modifier]

fondre \fɔ̃dʁ\ 3e groupe (conjugaison) (pronominal : se fondre)

  1. Liquéfier ou rendre fluide, au moyen de la chaleur, une substance plus ou moins solide.
    • Les roches ignées n’affectent aucune forme spéciale ; elles sont en masses irrégulières et ont à peu près l'aspect que prend un mélange de substances minérales hétérogènes qui, après avoir été fondues, sont abandonnées à un refroidissement lent. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l'industrie dans le département des Ardennes, Charleville : E. Jolly, 1869, p.11)
  2. (Spécialement) Fabriquer, mouler certains objets avec des métaux que l’on fond à cet effet.
    • Fondre un canon, une cloche, une statue, un vase, des chandeliers, etc. On dit de même :
    • Fondre des caractères d’imprimerie. — Fondre des balles.
  3. (Figuré) Unir et combiner une chose avec une autre ; faire que deux ou plusieurs choses, auparavant distinctes, ne forment plus qu’un tout.
    • On préparera, par exemple, par macération au bain-marie, une huile benzoïnée en fondant dans 10 kilos d'huile végétale 0k.500 à 1 kilo de benjoin ou d'acide benzoïque. — (Marcel Hégelbacher; La Parfumerie et la Savonnerie. -1924, p.138)
    • La fin ressemblait plus à un épuisement qu'à un arrêt — un diminuendo où le martèlement du rythme se changea en un chuchotement qui se prolongea bien au-delà du vrai silence où il finit par se fondre. — (Henry Miller, L'ancien combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Cette maison de commerce s’est fondue dans une autre, avec une autre.
    • Il réunit ainsi et fond ensemble les propriétés et les avantages des langues agglutinatives et des langues à flexions. — (Louis Couturat, Histoire de la langue universelle, 1903 (p. 306))
  4. (En particulier) (Peinture) Mêler des couleurs, des teintes contiguës, les joindre, de manière que le passage de l’une à l’autre soit ménagé.
    • Les nuages, diaprés et à demi transparents, affectent la forme d'immenses draperies suspendues à la voûte du ciel, où toutes les couleurs du prisme se fondent dans une divine harmonie. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.37)
    • Fondre les couleurs, les teintes. — Fondre une couleur, une teinte avec une autre, dans une autre.
  5. Disparaitre comme par fusion ou dissolution.
    • Pendant de longs siècles, la maison resta bien fragile. A peine différente d'une cabane de bois dans les forêts, bicoque de limon très souvent, elle brûlait ou elle fondait pour un rien. — (Octave Guelliot, Villages et maison des Ardennes, dans la Revue de folklore français et de folklore colonial, Librairie Larose, 1937, vol. 8, p. 188)
  6. (Pronominal) (Intransitif) Se liquéfier ; se dissoudre.
    • Cette glace fondait un tantinet à midi mais regelait le soir, et, chaque matin, on commençait par la repolir avec amour. — (Louis Pergaud, Deux Veinards, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le maquignon de bas étage teint, en tout ou en partie, les robes pour rendre un équipage similaire, au risque de s’exposer à voir fondre la nuance sous une averse. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Sur la pente des toits exposés au soleil, la neige commença à mollir, puis elle fondit presque aussitôt et un bruit d'eau dégorgeant des chanlates ou ruisselant des tuiles sur la chaussée, annonça le dégel. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, p. 157)
  7. (Pronominal) (Intransitif) Diminuer rapidement, se réduire à rien.
    • L’argent fond entre ses mains.
    • Toute cette grande fortune fondit en quelques années.
    • Cette armée se fondit en quelques marches.
  8. (Pronominal) (Intransitif) (Figuré) (Absolument) S'attendrir, s'amollir, en parlant des chose morales.
    • Ta fille indigne fondait devant ce garçon, molle, faible, prête. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 33)
    • C'était bête ! Voilà que ce mot, prononcé par elle, suffisait à le faire fondre et qu'il devait détourner la tête. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. IV, Gallimard, 1937)

Synonymes[modifier]

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

  • il n’a pas fondu (se dit de quelque chose qui a disparu sans que l’on sache ce qu’il est devenu)

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Paronymes[modifier]

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]

Ancien occitan[modifier]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier]

Du latin fundere.

Verbe [modifier]

fondre

  1. Fondre, dissoudre.
  2. Détruire, ruiner.
  3. Crouler.

Références[modifier]

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

Catalan[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin fŭndĕre.

Verbe [modifier]

fondre [ˈfon.dɾə] (conjugaison)

  1. Fondre.
  2. Faire fondre.

Occitan[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin fŭndĕre.

Verbe [modifier]

fondre (graphie normalisée)

  1. Fondre, Faire fondre.

Références[modifier]