conférer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1370) Du latin conferre (« porter (avec), rassembler »).

Verbe [modifier]

conférer \kɔ̃.fe.ʁe\ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Parler ensemble, raisonner d’une affaire, d’un point de doctrine.
    • Pour le moment, séparons-nous ; car il ne faut pas qu’on nous voie conférer ensemble. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Lorsqu’on prend un berger par son côté idéal, l’imagination en fait volontiers un être rêveur et contemplatif ; il s’entretient avec les planètes ; il confère avec les étoiles ; il lit dans le ciel. — (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, p. 1-16)

conférer transitif

  1. Comparer deux choses pour juger en quoi elles s’accordent et en quoi elles diffèrent. — Note : Il se dit particulièrement des lois, ordonnances, coutumes, matières de littérature, arts libéraux, etc.
    • Conférer les lois grecques avec les lois romaines. — Conférer un auteur avec un autre. — Conférer deux manuscrits.
  2. Attribuer ; accorder.
    • […] pourtant la dominance toute locale du Genêt à balai ou de la Callune ou même de la Fougère Aigle, espèces sociales de « premier plan », confère à la lande une physionomie particulière. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 126)
    • Mais c’était l’irrégularité de la couleur de ses iris, l’un bleu pâle et l’autre jaune, qui achevait de conférer à son visage une étrangeté indéfinissable. — (Mélusine Vaglio, Kitty Lord  : L’Anneau ourovore, Hachette Livres, 2006)
    • Le fruit vert renferme un glucoside spécifique qui se dédouble en glucose et en élatérine. C'est ce composé néoformé qui confère à l’Ecballium son pouvoir purgatif très accusé, irritant même pour les muqueuses, […]. — (Bernard Boullard, Plantes médicinales du monde: croyances et réalités, Paris : Éditions ESTEM, 2001, p.203)

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]