comparer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin comparare formé de con- et de parare (« parer », « préparer », « acheter ») apparenté à par (« paire »).

Verbe[modifier]

comparer \kɔ̃.pa.ʁe\ transitif ou intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Examiner les rapports de ressemblance et de différence entre une chose et une autre, entre une personne et une autre.
    • En comparant ce tableau avec celui fourni par le cadastre de 1810 que nous donnons ci-dessous, on est frappé des immenses changements survenus dans l’état de la culture du terroir de Laon depuis moins d’un demi-siècle. (Maximilien Melleville, Histoire de la ville de Laon et de ses institutions, V.1, 1846, p.11)
    • Mais on n'en finira pas, en revanche, de « comparer » : comparer est inexhaustible. On n'en finira pas d'enfiler les recoupements, d'aller chercher plus loin, ailleurs, des rapprochements. (François Jullien, Entrer dans une pensée ou des possibles de l'esprit, Éditions Gallimard, 2014, chap. 10)
    • Je n’ose me plaindre, quand je compare mon sort à celui de ces infortunés.
    • Nous avons comparé un grand nombre de manuscrits.
  2. Rapprocher, avec la pensée d’égaler.
    • D’obséquieux flatteurs le comparaient au prince Noir,à Alcibiade, à César. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 129 de l’éd. de 1921)
    • Gardez-vous de comparer Lucain à Virgile.
    • Il n’y a point d’église qu’on puisse comparer à Pierre de Rome.
    • On est forcé d’être modeste, quand on se compare avec lui.
    • Osez-vous bien vous comparer à un si grand homme ?
    • Rien ne peut se comparer au bonheur d’une conscience tranquille.
  3. Marquer les rapports de ressemblance entre des choses ou des personnes qui sont de nature ou d’espèce différente.
    • Marx comparait le changement d'ère historique à une succession civile ; les temps nouveaux héritent des acquisitions antérieures. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.II, Les préjugés contre la violence, 1908)
    • Céline Thiébault était alors une jeune fille « bienfaisante », une de ces grandes filles brunes qui paraissent vingt ans au lieu de quinze, de celles qu’à la campagne on compare volontiers à une pouliche et que les hommes, vieux et jeunes, détaillent avec une basse envie, un violent désir. (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 19)
    • Anatomie comparée, science qui établit les rapports et les différences qu’on découvre dans la structure des hommes et celle des animaux.
    • Philologie comparée, science du langage fondée sur la comparaison des langues.
    • Homère compare Diomède, au milieu des Troyens, à un lion au milieu d’une bergerie.
    • On compare les conquérants à des torrents impétueux.
  4. Confronter et examiner si deux choses sont de la même main.
    • Comparer des écritures.
    • Comparez ma feuille avec la sienne et vous verrez qu’il a triché.
  5. (Rhétorique) Assimiler deux idées.

Apparentés étymologiques[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Verbe[modifier]

comparer \Prononciation ?\

  1. Variante de comperer.

Références[modifier]