légèrement

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) Dérivé de léger, par son féminin légère, avec le suffixe -ment.

Adverbe[modifier]

Invariable
légèrement
\le.ʒɛʁ.mɑ̃\

légèrement \le.ʒɛʁ.mɑ̃\ invariable

  1. D’une manière légère, non pesante.
    • Il s’avance seul légèrement armé, couvert d’un casque d’acier garni d’or, ombragé de trois queues de cheval blanches comme la neige. (Voltaire, Princ. Babyl. 1.)
  2. Avec agilité.
    • Marcher, courir légèrement.
    • Pour moi, je ne crois pas que sans enchantement On puisse aller plus loin et plus légèrement. (Jean de Mairet, Sophon. IV, 5.)
    • Est-il rien qui aille plus vite ni qui s’écoule, s’échappe et vole plus légèrement que le temps passé parmi les délices ? (Jacques-Bénigne Bossuet, Panég. Ste Thér. 3.)
  3. (Figuré)
    • Vous passez légèrement sur des endroits difficiles. (Marquise de Sévigné, 603.)
    • Pour sortir du monde plus légèrement, il [le chrétien] s’est déjà déchargé lui-même d’une partie de son corps, comme d’un empêchement importun à l’ame. (Jacques-Bénigne Bossuet, Bourgoing.)
  4. (Musique) Se met quelquefois sur les partitions pour indiquer, dans certains passages, un mouvement analogue à celui de l’allegro vivace et joué de la pointe de l’archet, ou sans forcer le souffle si ce sont des instruments à vent.
  5. D’une façon peu copieuse.
    • Vous avez soupé hier si légèrement que vous serez malade, si vous ne prenez rien ce matin. (Pierre de Marivaux, Double inconst. I, 1.)
  6. D’une façon peu considérable, peu grave.
    • Nous nous plaignons quelquefois légèrement de nos amis, pour justifier par avance notre légèreté. (Larochefouc., Réflex. mor. 179.)
    • Il [le Saint-Esprit] ne descend pas sur la terre pour passer légèrement sur les cœurs ; il vient établir sa demeure dans la sainte société des fidèles. (Jacques-Bénigne Bossuet, 2e sermon, Pentec. Préambule.)
    • Les grâces […] ne feront plus alors que vous émouvoir légèrement. (Jean-Baptiste Massillon, Carême, Fausse conf.)
    • Je ne connais que légèrement Helvétius ; mais je ne puis m’empêcher d’être indigné de la barbarie avec laquelle on le traite. (Jean le Rond D’Alembert, Lett. à Voltaire, 6 mai 1760.)
    • Blessé légèrement. (Marie-Joseph Chénier, Oedipe-roi, III, 4.)
  7. Par antiphrase, légèrement est quelquefois pris aujourd'hui pour fortement, gravement, très fort.
    • Mais vous êtes en train de prier un dieu romain, vous vous foutez de ma gueule ? Je vous signale que vous êtes légèrement engagé dans une quête au nom du dieu unique ! (Alexandre Astier, Kaamelott, Livre III, épisode Le Culte secret)
    • Il dîne ici pour la première fois, et, comme vous le savez peut-être, on le dit légèrement pointilleux et moraliste. (Ch. de Bernard, le Gentilhomme campagnard, I, 13.)
  8. Avec délicatesse et agrément.
    • Ce tableau est légèrement touché. Ce dessin est légèrement fait.
  9. D’une façon inconsidérée.
    • Croire légèrement.
    • Pour moi, quoique je susse les incommodités qui suivent nécessairement les siéges [sic] qui se font en cette saison, j’arrêtai mon jugement ; je pensai que ceux qui avaient présidé à ce conseil avoient vu les mêmes choses que je voyois, et qu’ils en voyoient encore d’autres que je ne voyois pas ; qu’ils ne se seraient pas engagés légèrement au siége [sic] d’une place sur laquelle toute la chrétienté avoit les yeux ; et dès que je fus assuré qu’elle étoit attaquée, je ne doutai quasi plus qu’elle ne dût être prise. (Vincent Voiture, Lett. 74.)
    • Vous en prenez [des alarmes] sans doute un peu légèrement. (Jean de Rotrou, Venceslas, IV, 1)
    • Il vous dira ses ennuis ; il m’en a dit assez pour me faire voir qu’il a été trompé ; c’est dommage ; mais il ne faut pas se marier si légèrement. (Marquise de Sévigné, 7 déc. 1689.)
    • Si le roi n'avait pas révoqué la permission qu’il avait donnée trop légèrement. (Mme de Caylus, Souvenirs, p. 225, dans POUGENS.)
    • Quelques faits que j'ai trop légèrement affirmés sur la foi des premiers voyageurs. (Georges Louis Leclerc, Suppl. à l’hist. nat. Œuv. t. XI, p. 209, dans POUGENS.)
  10. Sans égards suffisants.
    • Et que, pour vos projets, il fallait sans scrupule Traiter légèrement un vieillard ridicule. (Jean-Baptiste Louis Gresset, Méchant, II, 7.)
    • Lorsque Saint-Évremond s’expliquait si légèrement sur Sénèque, il ne l’avait pas lu. (Denis Diderot, Claude et Nér. II, 37.)

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]