proxénète

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1521) Du latin proxeneta (« courtier, entremetteur, proxénète »). Ce mot désigne au départ un entremetteur dans une affaire commerciale. À partir de la fin du XVIIe siècle, le sens se spécialise dans l'entremise des mariages et rendez-vous galants.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
proxénète proxénètes
\pʁɔk.se.nɛt\

proxénète \pʁɔk.se.nɛt\ masculin et féminin identiques

  1. Personne qui tire profit de la prostitution d’autrui ou bien la favorise.
    • Les scandales des procès des proxénètes belges ont montré que ce règlement parfait avait bien quelques inconvénients. (Yves Guyot, La Prostitution, 1882)
    • Sans doute, comme il le disait à Odette, il aimait la sincérité, mais il l’aimait comme une proxénète pouvant le tenir au courant de la vie de sa maîtresse. (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, 1913, Éditions Gallimard, Folio n°1924, 1987, page 354)
    • En fait, il est établi que les « candidates » étaient placées au « pouf » par des proxénètes exerçant entre Belgique et Méditerranée. Et la gérante du foyer, qui conservait 2 francs par jeton pour ses frais de gestion, envoyait régulièrement à ces messieurs — ou à leur « boîte aux lettres » — les mandats résultant du labeur de ces dames. (Le Monde: les grands procès, 1944-2010, sous la direction de Pascale Robert-Diard & ‎Didier Rioux, éd. Les Arènes, 2009, p. 258)
  2. (Vieilli) Courtier, celui qui négociait un marché.

Variantes[modifier]

Synonymes[modifier]

Intermédiaire dans la prostitution

Hyponymes[modifier]

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]