substitution

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Du latin substitutio (« remplacement »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
substitution substitutions
\syb.sti.ty.sjɔ̃\

substitution \syb.sti.ty.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de substituer, de remplacer une personne ou une chose à la place d’une autre.
    • La veulerie des hommes de ce temps fut si grande que parfois la substitution du nouveau personnel à l'ancien prenait des allures bouffonnes. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La grève générale politique, 1908, p.237)
    • Ensuite celle-là n'est qu'une substitution de termes, car entre l’innéité et la primordialité, il n'y a pas de différence pratique, et les adversaires de l'une sont nécessairement ceux de l'autre aussi. — (Jacques Matter, La morale ou la philosophie des mœurs, page 56, 1860)
    • Il n'en demeure pas moins que la substitution des archives judiciaires aux archives notariales amène un changement de tonalité dans l'éclairage : à une vision « lisse » se substitue une vision « rugueuse » des relations sociales. — (Julie Claustre, Dans les geôles du roi: l'emprisonnement pour dette à Paris à la fin du Moyen Âge, Paris : Publications de la Sorbonne, 2007, page 79)
  2. (Spécialement)(Chimie) Remplacement d’un atome ou d'un radical par un autre dans une molécule.
    • Le formène est surtout intéressant par les dérivés de substitution qu'il forme avec les halogènes Cl, Br, I. — (Cousin & Serres, Chimie, physique, mécanique et métallurgie dentaires, 1911)
  3. (Droit) Disposition par laquelle on appelle à sa succession un ou plusieurs héritiers successivement, après celui qu’on a institué, de manière que celui-ci ne peut aliéner les biens sujets à la substitution.
    • Dans le même souci de protection du lignage, le père pouvait cependant, s'il se méfiait de ses enfants, les obliger à conserver le patrimoine pour leurs propres enfants : c'est la substitution si répandue dans notre ancien régime. — (Gabriel Lepointe, La Famille dans l'Ancien droit, Montchrestien, 1947 ; 5e éd., 1956, p.205)
    • Extrêmement fréquent suivant les pratiques nobles est en Forez aux XVIIe et XVIIIe siècles l’usage des substitutions, qui prolonge une tradition bien ancrée dès la période médiévale. — (Josette Garnier, Bourgeoisie et propriété immobilière en Forez aux XVIIe et XVIIIe siècles, Centre d’études foréziennes, 1982, page 311.)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Anglais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin substitutio (« remplacement »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
substitution
\Prononciation ?\
substitutions
\Prononciation ?\

substitution

  1. (Indénombrable) Remplacement.
  2. (Sport) Changement (de joueurs).

Voir aussi[modifier le wikicode]

Suédois[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

Commun Indéfini Defini
Singulier substitution substitutionen
Pluriel substitutioner substitutionerna

substitution \Prononciation ?\ commun

  1. Substitution.