brume

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : brumé

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin bruma (« solstice d'hiver, hiver, temps froid »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
brume brumes
/bʁym/
Brume sur la frontière entre l'Espagne et la France (Portalet).

brume /bʁym/ féminin

  1. Brouillard, surtout en parlant des brouillards de mer.
    • Toutes ces brumes ne tarderont pas à se résoudre en neige, et, pour peu que le vent se lève, nous pourrons bien être battus par quelque grosse tempête. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 1873)
    • Toujours plane une brume sur cette mer. (Victor Hugo, Orient. 1.)
    • La terre, d'après l'estime, ne devait pas être éloignée; elle restait complétement cachée par une brume basse et humide. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Un peu plus tard, quand s'épaissit la brume, commence l’œuvre impressionnante des ensevelisseurs. (Marguerite Baulu, La Bataille de l'Yser, Paris, Perrin & Cie, 1918, p.359)
  2. Brouillard qui ne dépose aucune humidité.
    • Les quatre hauts bâtiments, qui encadraient la cour, apparaissaient dans la brume d’aurore, vagues, blanchâtres, dominés par de grandes masses sombres de feuillages, derrière lesquelles l'aube blêmissante montait. (Jules Case, La Fille à Blanchard, 1886)
    • Le jour parut, frileux et triste... De grandes brumes traînaient sur les prairies, le ciel était bas... (Octave Mirbeau, Rabalan,)
    • Dans l’air rafraîchi où une impalpable brume se condensait en rosée, les bêtes levèrent leur mufle humide […]. (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Si quelque brume obscurcit votre aurore, Leur disait-on, attendez le soleil. (Pierre Jean de Béranger, Suicide.)
    • J'étais venue m'asseoir près de l'autre fenêtre, et je regardais, moi aussi, le golfe étincelant au soleil du matin, et les montagnes lointaines perdues dans une brume lilacée... (Isabelle Eberhardt, Contes et souvenirs, 1925, réédition : Écrits sur le sable, vol.2, Grasset, 1990 )
  3. (Figuré) Ce qui empêche l'entendement d'une chose.
    • Arsène André perçait enfin la brume de ce préambule. Ah ! ah ! l'hypocrisie hargneuse le circonvenait comme un filet de chasse ; […]. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikicode]

Conjugaison du verbe brumer
Indicatif Présent
il brume
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent
qu’il brume
Imparfait

brume /bʁym/

  1. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de brumer.
  2. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de brumer.

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Ancien français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin bruma.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

brume /Prononciation ?/ féminin

  1. Hiver.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle brume 1881, édition de Paris, 1881-1902, F. Vieweg