fièvre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : fievre

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin febris, de même sens.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
fièvre fièvres
/fjɛvʁ/

fièvre /fjɛvʁ/ féminin

  1. (Nosologie) Propriété d'un animal (y compris un être humain) dont la température corporelle dépasse sa valeur habituelle.
    • L'œuf pondu le vendredi saint préservait de la foudre, mangé il garantissait de la fièvre ou de la rage... (Gustave Fraipont Les Vosges, 1895)
    • Plus loin, une mère frissonnant de fièvre sur sa couche, des bébés hurlant et des puanteurs cruelles, des échos excrémentitiels, imposant sur tout cela leur dictature. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité, 1931)
    • […] les vers ne donnent pas de fièvre bien qu’ils rendent aussi les animaux malades… la fièvre aide aussi à combattre l’infection. Lorsque le corps est plus chaud qu’il ne l’est normalement, cela accélère les réactions qui s’y déroulent habituellement, y compris les réactions qui aident l’animal à se défendre contre les microbes. (Forse Bill, Meyer Christian, et al., Que faire sans vétérinaire, 434 p., page 283, 2002, Cirad / CTA / Karthala)
    • Chez les jeunes porcelets, les septicémies peuvent conduire à la mort en moins de 15 heures et les animaux présentent de la fièvre, des difficultés respiratoires, des troubles nerveux, une cyanose et des pétéchies. (J.P. Euzéby, Abrégé de Bactériologie Générale et Médicale à l'usage des étudiants de l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse,)
    • Sonnet à Mademoiselle de Longueville, à présent Duchesse de Nemours, sur sa fièvre quarte.

      Votre prudence est endormie
      De traiter magnifiquement
      Et de loger superbement
      Votre plus cruelle ennemie.Faites-la sortir, quoi qu'on die,
      De votre riche appartement,
      Où cette ingrate insolemment
      Attaque votre belle vie.
      Quoi, sans respecter votre rang,
      Elle se prend à votre sang,
      Et jour et nuit vous fait outrage !
      Si vous la conduisez aux bains,
      Sans la marchander davantage,
      Noyez-la de vos propres mains !
      (Charles Cotin, 1659)
  2. (Par hyperbole) Émotion forte, d’un trouble violent de l’âme.
    • À la suractivité ordinaire des rues de New York s’ajouta une fièvre belliqueuse. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 213, Mercure de France, 1921)
    • J'ai donc été invité au commissariat, et là, ils m'ont mis la fièvre, pendant, pendant des heures, mais ils m'ont mis la fièvre. (Kool Shen, La Fièvre)
  3. Surexcitation causée par une occupation passionnante.
    • Il avait été pris par la fièvre de l’or et était devenu méconnaissable.

Synonymes[modifier]

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]