aguicher

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) De l’ancien français aguichier (« mettre la guiche à un écu ») ; la guiche était une courroie par laquelle on suspendait le bouclier au coude ; ce terme vient des langues germaniques withthja (« lien d’osier »). Le passage au sens actuel d’« exciter », d’abord argotique puis populaire, est simple à comprendre ; il s’agit toujours de provocation et de lien entre deux personnes.

Verbe [modifier le wikicode]

aguicher \a.ɡi.ʃe\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Chercher à attirer, à exciter sexuellement ou à séduire par un comportement coquet, provocant etc. → voir affrioler, échauffer, émoustiller et stimuler
    • « Les gars et à plus forte raison, les messieurs aiment bien qu’on les aguiche, mais pas qu’on les agace. » — (Hervé Bazin, Vipère au poing, Grasset, 1948)
    • Telle une femme de petite vertu
      Elle arpentait le trottoir du
      Cimetière
      Aguichant les hommes en troussant
      Un peu plus haut qu’il n’est décent
      Son suaire.
      — (Georges Brassens, Oncle Archibald, in Je me suis fait tout petit, 1956)
  2. Attirer, allécher, exciter la curiosité.
    • De temps en temps, il en détache de menus fragments, il en agite de pauvres petites images, comme pour mieux aguicher notre curiosité, avec l’intention, peut-être ironique, de ne la satisfaire jamais. — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
  3. (Argot) ou (Vieilli) Exciter, agacer, irriter.
    • Les toqués, c’est comme les chats, il ne faut pas les aguicher. — (Eugène Chavette, La Chambre du crime, 1875)
    • « C’est ma sœur, mais qu’elle ne recommence pas à m’aguicher, ou je te la flanque dehors ! » — (Émile Zola, La Terre, 1887)

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]