cogner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin cuneare (« coincer »).

Verbe [modifier le wikicode]

cogner \kɔ.ɲe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Frapper fort sur une chose pour la faire entrer ou pour la faire joindre avec une autre.
    • Ensuite, avec un vilebrequin, on en perce le bord des deux côtés , et on y cogne des clous qui entrent aux deux côtés de l'ais de dessus, […]. — (La Nouvelle maison rustique, ou Économie rurale, pratique et générale de tous les biens de campagne, tome 3, nouvelle édition refondue par J.-F. Bastien, part. 5, livre 2, chap. 10: Chasse au bléreau, etc., Paris : chez Deterville & chez Desray, an VI, p. 588)
    • Néron, abandonné aux dieux nocturnes, se balançait comme un épais fantôme sur le siège de devant ; Horace, complètement abruti, cognait des clous en cadence sur son manche de parapluie ; […]. — (Arthur Buies, Chroniques Canadiennes, vol. 1 : Humeurs et Caprices, chez E. Senécal & fils, 1884, p. 419)
  2. (Par extension) Frapper avec violence.
    • Rencontré Artaud, […], qui s’est pris le pied dans la roue de sa voiture, a cogné la tête dans le marchepied, et est retombé sur une botte de paille ; il aurait voulu le faire qu’il n’y serait jamais arrivé. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Il sollicita le garçon d’un timbre retentissant, en cognant bruyamment ses vastes pattes. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 11)
    • Deux malabars me cognaient dessus et me laissaient sur le carreau pendant un certain temps puis me ranimaient à coup de seaux d’eau. — (Marius Lottaz, Le bourlingueur, page 458, Éditions d'en bas, 1983)
    • Il fait nuit, mais grâce aux flammes des réverbères, elle peut contempler le spectacle des bateaux. Le vent cogne les voiles et, au loin, elle perçoit le pleur d'un goéland. — (Frédéric Pommier, Suzanne, Éditions des Équateurs, 2018, chap. « 1932 »)
    • (Absolument)Car si celui-là qui combat n'est point homme mais automate et machine à cogner, où est donc la grandeur du guerrier : je n'y vois plus qu'œuvre monstrueuse d'insecte. — (Antoine de Saint-Exupéry, Citadelle (1948), L)
    • (Absolument)J'ai hésité longuement devant la porte. Il fallait cogner ou sonner? — (David Goudreault, La bête à sa mère, Stanké, 2015, p. 176.)
  3. (France) (Argot) Sentir mauvais ; puer.
    • De la pourriture qui gangrène le monde ! Quand l'argent se mêle à l'odeur du brûlé, ça craint un max ! Tout ça dérange, pue, cogne, cocotte, empeste, dégage, exhale, répand une odeur nauséabonde, putride, pestilentielle, infecte, à vomir ! — (Michèle Faudrin Fillol, Odeurs et Humeur, chez l'auteur, s.d., p. 26)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]