décorer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin decorare, de decor.

Verbe [modifier]

décorer \de.kɔ.ʁe\ 1er groupe (conjugaison)

  1. Orner, parer, en parlant d’ornements d’architecture, de peinture, de sculpture.
    • A l'instar de sa localisation, une vieille bâtisse fougeraise, la Tivabro est décorée à la mode Bretagne d'antan, avec goût et sans folklore tartignole. (Jean-Paul Labourdette, Le Petit Futé Bretagne, p. 399, 2009)
    • Le sanctuaire, dont les piliers sont décorés des statues des Apôtres, était entièrement peint. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • — Non, dit Gabel. Vous avez oublié la perte de mon pucelage à quinze ans et demi avec ma prof de musique et la tache de vin qui me décore la fesse gauche ! (Jean-François Coatmeur, Narcose, Albin Michel, 1987)
    • (Figuré) La grâce décore son visage et ses discours.
  2. Revêtir d’un titre, d’une dignité.
    • Décorer quelqu’un de la médaille militaire. Se décorer d’un titre qu’on n’a pas mérité.
    • Un lourd chariot, traîné par des bœufs, recevait ces présents sur son passage, et nous, enfants de ces contrées, nous formions le cortège avec nos arcs et nos flèches, nous décorant du titre de chevaliers. (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Sylvie, 1854)
  3. (Absolument) Décorer de la Légion d’honneur.
    • Mme Pasteur pouvait bientôt écrire : « Grandeau vient d'annoncer au laboratoire que Roux et Chamberland sont décorés et que Pasteur est grand-cordon . On s'est embrassé cordialement au milieu des cochons d'Inde et des lapins. » (Victor Fraitot, Une page d'histoire du XIXe siècle - Pasteur (l’œuvre, l'homme, le savant), Paris : librairie Vuibert, 1905, p.47)
  4. (Figuré) Embellir une chose par des expressions excessives.
    • Les Belges obtinrent la réforme de la constitution par une dé­monstration que l'on a décorée, peut-être un peu ambitieusement, du nom de grève générale. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La grève générale politique, 1908, p.213)
    • Ils décorent du nom de sagesse leur insensibilité.
    • Ils décorent du nom de château une misérable bicoque.

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]


Références[modifier]