gojat

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Moyen français[modifier le wikicode]

Wiktionary small.svg

Étymologie[modifier le wikicode]

Emprunt à l’ancien occitan gojat.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
gojat gojats
\Prononciation ?\

gojat \ɡo.ʒa\ masculin

  1. (Génériquement) (Militaire) Serviteur, valet.
    • Mais son gojat, meu de grand amour & pitié vers le corps de son maître, fit grande instance qu’on le luy permit […] — (François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Le Siège de Metz par l’empereur Charles V, en l’an 1552, P. Collignon, Reims, 1665, p. 118)

Références[modifier le wikicode]

Occitan[modifier le wikicode]

Wiktionary small.svg

Étymologie[modifier le wikicode]

De l’ancien occitan gojat. À comparer avec gojat en catalan.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
gojat
\guˈd͡ʒat\
gojats
\guˈd͡ʒats\

gojat \ɡuˈd͡ʒat\ ou [gu.jat] masculin (pour une femme on dit : gojata) (graphie normalisée)

  1. (Génériquement) Jeune homme.
    • Lo Gojat de Novémer — (Bernat Manciet, Institut d’estudis occitans, Toulouse, 1964, traduction : Bernard Manciet, Le jeune homme de Novembre)
    1. (Gascon) Fils, garçon.
      • Los tres gojats de Bòrdavielha — (Simin Palay, Los tres gojats de Bòrdavielha, 1934)
  2. (Vieilli) Serviteur, valet, aide, …
    • Item, tot filh o galan sive gojat demoran a soldada an mestre, quin que sia […] — (Gaston Raynaud, Le livre de l’Épervier, cartulaire de la commune de Millau, par L. Constans, p. 133)
    1. Valet d’armée, laquais de guerre
    2. Servant, manœuvre.
      • Sur le contrat de travail de 1644, on lit : Pierre Monin Fuzier fournira son gojat pour servir à son métier.— (Alain Belmont, Le personnel des forges à l'époque moderne en Dauphiné, 1992, volume 125, p. 48)

Synonymes[modifier le wikicode]

Variantes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Dérivés dans d’autres langues[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • Dès le temps des troubadours, la langue d’oc n’était pas une — (Loïs Alibert, Gramatica occitana segón los parlars lengadocians. Grafia e fonetica. Morfologia, Societal d'estudis occitans, Tolosa, 19З5). La graphie j sera interprétée comme équivalente à la fois aux articulations y, j, dz, etc, suivant les prononciations locales[1].

Références[modifier le wikicode]

  • (oc) Joan de CantalausaDiccionari General Occitan a partir dels parlars lengadocians, 2002 → consulter cet ouvrage
  • [1] H. Gavel, Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, 1938, Volume 50, Numéro 197, p. 84
  • [2] Glossaire des comptes de la collégiale de Montpezat de 1415 à 1554, Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, Tome 47, N°187, p. 297
  • [3] CREO Provença