garçon

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : garcon

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) De l’ancien français garçon, cas régime[1] de gars (« valet, misérable »), de l’ancien bas vieux-francique *wrakkjo (« banni, vagabond »), apparenté[2] à l’allemand Recke (« guerrier »), à l’anglais wretch (« scélérat ») → voir gars et garce.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
garçon garçons
\ɡaʁ.sɔ̃\

garçon \ɡaʁ.sɔ̃\ masculin (équivalent féminin : fille)

  1. Enfant ou adolescent mâle, par opposition à fille.
    • De ces cervelles fines, la plus fine était la petite Brulette, emmi les filles, et des plus épaisses, la plus épaisse paraissait celle de Joseph, emmi les garçons. — (George Sand, Les Maitres sonneurs, Londres : George Bell & Sons (Les Classiques Français Illustrés, publiés sous la direction de Daniel O’Connor), 1908, p.4)
    • Ses deux premières femmes n’avaient pas su lui donner de garçon : tant pis pour elles. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », Édition Corrêa, 1940)
    • Devant nous, sur la chaussée, une bande de jeunes garçons s’efforçaient de maîtriser un kérabau emballé. — (Kazuo Ishiguro, Quand nous étions orphelins, traduit par François Rosso, Éditions Gallimard, 2014)
    • Madame, les garçons sont les soucis des mères. — (Victor Hugo)
  2. (Par extension) Jeune homme, homme.
    • Pendant la fête, elle ne quittait pas mon bras et refusait de danser avec les autres garçons du village. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Ce qui tourmentait et désolait et retournait le curé de Melotte, c’était le dévergondage des filles et des garçons du pays. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les garçons revenus du service militaire ont trouvé de plus en plus ennuyeuses les soirées du Causse enténébré et silencieux. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Cette gentillesse qui abrégeait les formes et supprimait les fadaises ridicules que tout garçon se croit tenu de débiter à la belle fille dont il essaie de faire sa maîtresse, m’avait séduit. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • François Cadet, un bel homme, un beau garçon dont les filles s’éprennent d’abord, pour qui elles se jalousent et se déchirent. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 31)
    • Je me rappelai la soirée et la nuit. Il y avait donc un garçon dans le lit. Quelle stratégie adopter ? — (Amélie Nothomb, Ni d’Ève ni d’Adam, Albin Michel, Paris, 2007, p. 61)
  3. (Par extension) Homme célibataire.
    • Si ce grand seigneur restait encore garçon, il y avait moins de sa faute que de celle de sa tante, qui ne connaissait pas les fables de La Fontaine. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844 ; p. 252 de l’éd. Houssiaux de 1855)
    • Être vieux garçon, ça a ses avantages et ses inconvénients. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. XIII, Série noire, Gallimard, 1956, p. 113)
  4. (Travail) Employé subalterne affecté à un service particulier. Celui qui travaille sous les ordres d’un maître, d’un patron ou d’un chef.
    • Bert effleura successivement un bon nombre de métiers : il fut groom dans un magasin de nouveautés et chez un médecin, garçon de pharmacie, apprenti plombier. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 11 de l’éd. de 1921)
  5. (En particulier) Serveur d’un café, d’un restaurant ou d’un hôtel.
    • Nous nous mîmes à table. J’avais recommandé la carte au garçon : mes convives parurent contents. — (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes T. 1, 1833)
    • Garçon!… garçon!… des pieds de mouton à la poulette, et servez chaud… Allons, vivement. — (J. Gabriel & Charles Dupeuty, Fanfan le batonniste, act.1, sc.5, représentée au théâtre du Vaudeville le 30 août 1845 ; dans La France dramatique au dix-neuvième siècle : choix de pièces modernes, vol.13, Paris : C. Tresse)
    • Les bistros regorgeaient d’hommes, de femmes endormis, que parfois le garçon réveillait pour qu’ils cédassent la place à de nouveaux venus. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Il sollicita le garçon d’un timbre retentissant, en cognant bruyamment ses vastes pattes. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 11)

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

  • Aide sur le thésaurus garçon figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : boutique.

Hyperonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]

  1. Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881-1902 → consulter cet ouvrage
  2. « garçon », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du vieux-francique *wrakkjo.

Nom commun [modifier]

Cas Singulier Pluriel
Cas sujet gars garçon
Cas régime garçon garçons

garçon \Prononciation ?\ masculin

  1. Serviteur.
    • Ne n'i adeist escuyer ne garçun. — (Chanson de Rolant)
    • E li garz cuillid [cueillit] les sajetes, portad les à son seignur. — (Rois, p. 82)
  2. Goujat, vaurien.
    • Li malveis…. quidierent [crurent] le rei servir à gré,
      E garçuns et putains unt saint Thomas hué.
      — (Th. le mart. 46)
    • Et avec ce lui dist plusieurs injures et villenies, en l'appellant garçon.

Synonymes[modifier]

Références[modifier]

Anglais[modifier]

Étymologie[modifier]

(1788) Du français garçon.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
garçon
\ɡɑɹ.ˈsɔn\
ou \ˈɡɑː.sɒn\
garçons
\ɡɑɹ.ˈsɔn\
ou \ˈɡɑː.sɒn\

garçon \ɡɑɹ.ˈsɔn\ (États-Unis), \ˈɡɑː.sɒn\ (Royaume-Uni)

  1. (Gallicisme) Serveur dans un restaurant, surtout dans un pays francophone.

Variantes[modifier]