maître

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : maitre, maitre-, maître-

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) De l’ancien français maistre (1080), lui-même issu du latin magister (« celui qui commande ou dirige, maître qui enseigne »).

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
maître maîtres
\mɛtʁ\

maître \mɛtʁ\ masculin (orthographe traditionnelle) ’pour une femme, on dit maîtresse)

  1. Personne qui exerce son autorité.
    • Comment un homme a-t-il pu devenir le maître d’un autre homme, et par quelle espèce de magie incompréhensible a-t-il pu devenir le maître de plusieurs autres hommes ? (Voltaire, Dictionnaire philosophique, 1767)
    • Et tous, me voyant en bons termes avec le maître tout-puissant, sont pour moi pleins d'amabilité et de prévenances. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 95)
    • J’aimais à relire la vie des flibustiers […] maîtres de ces parages au XVIIe et au XVIIIe siècle, avant que l’entente franco-anglaise mît fin à cette guerre de pillage et de course. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • « Le maître de maison » désigne le chef de famille.
  2. (Par extension) Ce qui exerce sa domination.
    • Au total, la Révolution n’est restée maîtresse du terrain qu’en Russie, après une lutte acharnée des Rouges contre les Blancs, ceux-ci soutenus par les puissances occidentales. (Jacques Delpierrié de Bayac, Histoire du Front populaire, Fayard, 1972, p. 13)
  3. (Éducation) Maître d’école ; enseignant dans une école primaire.
    • Mêmes les gamines grandelettes peuvent prier en se rendant à l’école et au retour : ça leur fera oublier les prônes du maître d’école, ce suppôt de Satan-là. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  4. Propriétaire ; patron.
    • Les fermiers et les paysans n’avaient point vu de maîtres au château depuis un temps immémorial. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Joseph, le valet de chambre, entra, présenta à son maître un plateau de vieux laque japonais, au centre duquel une carte de visite se pavanait. (Octave Mirbeau, Contes cruels : Gavinard)
    • Entre eux, les tondeurs sedanais font des assemblées. Après avoir bien réfléchi et discuté avec les maîtres depuis avril, le 1er août 1750 ils décident d’engager la « cloque », c’est à dire la grève générale des sept cents compagnons, et de « muleter » les jaunes de cinquante livres d’amende selon la tradition du compagnonnage auquel ils semblent appartenir. (Henri Manceau, Des luttes ardennaises, 1969)
  5. (En particulier) (Élevage) Propriétaire d’un animal domestique.
    • Pendant que le maître buvait des petits verres de trois-six, le chien s’était mis à rôder dans les environs, fouillant avidement les tas d’ordures […] (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Mort du chien)
    • Le cheval qui est le compagnon fidèle de l’homme est aussi capable de le suivre dans toutes ses pérégrinations […] Comme son maître, il est cosmopolite […] (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • La nourriture incrassante qu’elles recevaient de la main de leur maître, en les faisant passer peu à peu à l’état de poulardes, nuisait à la régularité de leur pondaison. (Alexandre Dumas, Histoire de mes Bêtes, Michel Lévy frères, 1867, page 253)
  6. (Antiquité) (En particulier) Propriétaire d’un esclave.
  7. (Par extension) (Sexualité) Celui qui prend le rôle de soumettre un partenaire, lequel accepte celui d’être soumis.
  8. (Arts) (Mélioratif) Personne qui domine un art.
    • […] Marguerite, d’une aiguille d’or à la pointe arrondie, sondait les plaies avec toute la délicatesse et l’habileté que maître Ambroise Paré eût pu déployer en pareille circonstance. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, vol. I, ch. X)
    • Les maîtres en droit enseignent au nombre de nombreux principes sacro-saints du droit universellement admis, un principe révélé en latin dont la traduction en français s’énonce comme suit : nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. (Mamadou Koulibaly, La Guerre de la France contre la Côte d’Ivoire, L’Harmattan, 2003, p. 49)
    • Maître du dojo.
  9. Titre des personnes revêtues de certaines charges.
    • Maître des comptes.
  10. (Justice) Titre qu’on donne à un avocat, à un notaire ou à un huissier de justice en France, en Belgique et au Canada.
  11. (Éducation) Titre de quelqu’un qui est titulaire d’une maîtrise en France.
  12. (Militaire) (France) Grade donné à un sous-officier dans la Marine nationale française, situé entre son supérieur hiérarchique, le premier maître, et son subordonné, le second maître. Ce grade correspond à celui de sergent-chef dans l’armée de terre française. Les codes OTAN sont OR-7 et OR-6.
  13. (Franc-maçonnerie) Ancien compagnon ayant atteint le troisième et dernier degré, avant, éventuellement, les grades de perfection.
    • Tous les officiers d’une loge doivent être maîtres maçons. Ils sont élus annuellement.
  14. (Informatique) Élément depuis lequel on synchronise, par opposition à l’esclave.

Variantes orthographiques[modifier]

Abréviations[modifier]

  • Avocat, notaire : Me

Variantes[modifier]

Synonymes[modifier]

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Codes OTAN OR-7 et OR-6 

Traductions[modifier]

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin maître
\mɛtʁ\
maîtres
\mɛtʁ\
Féminin maîtresse
\mɛ.tʁɛs\
maîtresses
\mɛ.tʁɛs\

maître \mɛtʁ\

  1. Qualifie une chose dominante.
    • À première vue, on attribuerait au gothique flamboyant cette maîtresse œuvre où l’on découvre bientôt les volutes, les ornements, toutes les riches imaginations de la Renaissance. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

  1. a et b Paul Rouaix, Trouver le mot juste : dictionnaire des idées suggérées par les mots, 1987, N°7939, ISBN 978-2253048404, éd. Le Livre de Poche