luire

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin lucere (« luire, briller »). L’ancien français luisir est le résultat normal de lūcēre, il a été remplacé par luire sous l’influence des formes du futur → voir nuire, plaire et taire.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

luire /lɥiʁ/ intransitif 3e groupe (conjugaison)

  1. Émettre de la lumière.
    • Quand le soleil luit.
    • Dès que le jour luira, je partirai.
  2. Émettre une douce lumière.
    • Certains insectes luisent dans le noir.
  3. (par analogie) Jeter quelque éclat, réfléchir la lumière, en parlant des corps polis.
    • Je vois luire dans ce sable quelque chose qui ressemble à de l’or.
    • Tout luit dans cette maison, tout y est net et poli.
    • On voyait luire de loin les sabres, les cuirasses.
  4. (Figuré) Paraître comme un point lumineux dans l’esprit.
    • Il vit enfin luire quelque espoir de secours.
    • L'espoir luit comme un brin de paille dans l’étable,.. (Paul Verlaine)

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

  • Un nouveau jour luit pour nous, notre destin change.
  • Le soleil luit pour tout le monde, il est des avantages dont chacun a le droit de jouir.

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Ancien français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin lucere (« luire ») qui donne aussi luisier, luisir.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

luire /Prononciation ?/ transitif (conjugaison)

  1. Faire des éclairs.

Dérivés dans d’autres langues[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle luire 1881, édition de Paris, 1881-1902, F. Vieweg