torchon

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) De l’ancien français torçon → voir torche et -on.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin torchon
\tɔʁ.ʃɔ̃ɔ̃\
torchons
\tɔʁ.ʃɔ̃ɔ̃\
Féminin torchonne
\tɔʁ.ʃɔ̃ɔn\
torchonnes
\tɔʁ.ʃɔ̃ɔn\

torchon \tɔʁ.ʃɔ̃\ masculin

  1. Qui néglige l’entretien et la propreté.
    • Je n’étais pas seule de service, j’avais une collègue, particulièrement chargée de la cantine et du bureau de la directrice, mais tenue aussi de me seconder : Mme Paulin, une femme d’aspect torchon et bienveillant, de type méridional, brune, solide, vive et d’âge indéterminé. — (Léon Frapié, La maternelle, Librairie Universelle, 1908)
    • Ni même le modèle au-dessous, moins distingué, plus torchon, les frotteuses d’évier à se mirer dedans, les accommodatrices de restes, et celles qui sont à la sortie de l’école un quart d’heure avant la sonnerie, tous devoirs ménagers accomplis ; les bien organisées jusqu’à la mort. — (Annie Ernaux, La femme gelée, 1981, réédition Quarto Gallimard, page 325)

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
torchon torchons
\tɔʁ.ʃɔ̃\

torchon \tɔʁ.ʃɔ̃\ masculin

  1. (France) Sorte de serviette de grosse toile, dont on se sert pour essuyer la vaisselle, la batterie de cuisine, les meubles, etc.
    • Le cabaretier, très digne, essuya le marbre d’un coup de torchon. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 142)
    • L’aubergiste, en leur donnant des coups de torchon, fit partir le vieillard et l’enfant. — (Eric-Emmanuel Schmitt, L'Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000, prologue)
    • Sachez, par exemple, qu’il y a dans notre pays un très intéressant arrêté royal qui classe les torchons en 5 catégories, du gris à l’extra-blanchi… — (Thierry Smets, Justice, mode d’emploi, 2015)
  2. (Belgique) (Canada) Serpillière.
  3. (Familier) Journal, magazine que l'on méprise.
    • Celui-ci (…) fit la gaffe de me présenter ce Lazare, qui venait de me consacrer un éreintement soigné, mais insignifiant, dans je ne sais quel petit torchon. — (L. Daudet, Temps Judas, 1920, page 102)
    • Il tendait la feuille à Marie-Jeanne. − « Cet immonde torchon payé par les fonds secrets. » — (Bourget, Actes suivent, 1926, page 54)
    • Et Dieu merci, mon pauvre père est mort l’an dernier, il n’a jamais pu lire ce torchon. — (Tatiana de Rosnay, À l’encre russe, page 99, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2013)
  4. Texte mal rédigé et mal présenté.
    • Toutes ces réflexions accompagnant mon recopiage appliqué du DM de maths, je loupe une ligne. Excédée, je blancote à tout-va et fais de ma copie un torchon. — (Margaux Guyon, Latex, etc., Éditions Plon, 2011, chapitre 10)
    • Si je reviens à cet incident (désolé, monsieur Potter), c’est que François Legault, à l’époque, n’avait pas été très tendre envers M. Potter. En fait, il avait traité de « torchon » l’article dans la revue Maclean’s que celui-ci avait écrit. — (Thomas Mulcair, Liberté académique: pourquoi Legault a tort, Le Journal de Québec, 19 février 2021)
  5. (Argot) Rideau de scène d'une salle de spectacles.
    • Des chanteurs ne sont vraiment heureux que quand le « torchon » se lève, comme disent les comédiens, parlant du rideau rouge, moi je ne suis heureux que quand il se baisse. — (David McNeil, 28 boulevard des Capucines, Gallimard, 2012, collection Folio, page 42)

Synonymes[modifier le wikicode]

serviette qui sert pour essuyer
périodique que l’on méprise
rideau de scène

Dérivés[modifier le wikicode]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]