andain

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIVe siècle) De l’ancien français andain (« pas, enjambée »).

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
andain andains
\ɑ̃.dɛ̃\

andain \ɑ̃.dɛ̃\ masculin

  1. (Agriculture) Coup de faux d'un faucheur à chaque enjambée, étendue fauchée à chaque pas.
    • Au silence du prêtre la foule des fidèles ondula puis se courba dans un même mouvement comme les blés que l'habile faucheur couche d'un seul andain. — (Germaine Guèvremont, Le Survenant, 1945)
    1. Quantité d'herbe, de foin, de blé, etc. qu'un faucheur abat à chaque coup de faux.
      • Sans ajouter une parole, il se remit à la besogne, roulant sur ses hanches, abattant l'andain à chaque coup de faux, dans le grincement du fer qui cadençait sa marche. — (Émile Zola, La Terre, 1887)
    2. (Agriculture) Coupe de foin mise en rangée pour le pressage, ou l’enlèvement.
      • Le foin coupé avec la faulx, & disposé sur le sol en bandes séparées les unes des autres par des intervalles à-peu-près égaux, est en andain ou andin ; d’autres disent en ondain, peut-être parce que ces bandes représentent imparfaitement les ondes ou les vagues de la mer ou des fleuves. […] Laisser andiner les avoines, c’est les laisser quelque temps en andin, pour en compléter la maturité, & faire renfler le grain à l’aide des rosées ou des pluies. Voyez Avoine. Dans quelques pays, en Beauce, par exemple, on distingue deux sortes d’andains ; l’andin proprement dit, & le sangle. Le premier est toujours formé de deux couches l’une sur l’autre, dont les épis sont en sens contraire. […] s’il fait du vent, il [le faucheur] est obligé de sangler, c’est-à-dire, de revenir [à l’autre extrémité du champ] sans faucher, quand il est au bout de ce qu’il a embrassé, & de recommencer à chaque fois une nouvelle couche simple. — (Alexandre-Henri Tessier, André Thouin, Auguste Denis Fougeroux de Bondaroy, Encyclopédie méthodique, tome premier : Agriculture, 1787)
      • Pour faire sécher le foin, l'herbe coupée est étendue puis retournée dans la journée avant d'être ramassée en andains le soir venu. — (Sébastien Lay, Maitrise, non-maîtrise de l'herbage : approche ethnologique des savoirs, dans Prés et pâtures dans l'Europe occidentale, Presses Universitaires du Mirail, 2008, p.231)
      • Le ramasseur fonctionne à la manière d'un râteau rotatif qui soulève le fourrage ou la paille en andain sur le sol et l'élève vers les organes internes de la presse. — (Fiches sécurité machines agricoles et forestières: fonctions, conception, utilisation, Cemagref Éditions, nov. 2002, p. 99)
  2. (Agriculture) Rangée de blocs rocheux, de pierre, de sable, etc.
    • Tout ce sable […] se dénude par larges bancs, laissant voir des andains parallèles comme une prairie fauchée […] qui se sèche et se dore, et se brûle au soleil, poudreuse, dévorée de lumière, tremblante sous la vibration torride de l'espace. — (Maurice Genevoix, La Boîte à pêche, 1926)

Variantes[modifier]

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Homophones[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

Littré[1] écrit : « génevois andan ; picard, endain, « enjambée, espèce de pas qui sert à mesurer » ; normand andain, « enjambée » ; wallon andeli, rouchi, andame, ondaime ; provençal moderne, endan, endaillado, falcata prati dans le Dictionnaire provençal de Pellas ; du bas-latin andellus, endellus, endens, andena [qui donne aussi] l’italien andana, « marche ». Il y a deux formes : l'une avec \n\, andain ; l'autre avec \l\, andellus, etc.
  1. La première paraît se rattacher au radical du verbe andare, « aller », et serait très importante, si elle était sûre, en montrant que la forme ander n'est pas exclusive à l'italien ou à l'espagnol et a eu cours aussi dans le nord de la France ; ce qui lèverait toute difficulté pour l'étymologie du verbe aller.
  2. Mais ce qui jette du doute, c'est la forme en \l\. Il n'est pas douteux que le provençal endaillado vient de en, et dail, « faux ». Remarquez aussi une andanse, qui se dit au pays de Périgord pour taille-buisson, dans DU CANGE, andasium.
  3. Les autres formes viennent-elles du même radical ? ou y a-t-il eu confusion entre andain, « enjambée », et andail, « l'étendue de pré qu'on fauche en un pas » ? Andaie s'est dit en français ; du moins des grammairiens qui ont noté le mauvais langage, ont donné andaie comme une forme incorrecte de andain. »
Selon le TLFi[2], le radical est le bas-latin *ambitanus dérivé du latin ambitus (« mouvement circulaire », « chemin circulaire ») et, donc, apparente à andar, andare.
Il est faux[2] de l’apparenter à l’espagnol andén (lui-même du latin indago, indagines) car il ne peut expliquer le sens de « pas ».
De même, l’hypothèse d’une origine celtique *ande-dalgin ne semble pas reposer sur des arguments solides[2].

Nom commun [modifier]

andain \Prononciation ?\ masculin

  1. Enjambée, pas.
    • Près de moi en dormant oï Deus choses qui moult haut pledierent ; à moins d'un andain de moi ierent — (Fabliaux, ms. n° 7218, f° 280 dans STE-PALAYE, Gloss.,XIIIe s.)
  2. Andain, espace fauché à chaque enjambée.

Variantes[modifier]

Dérivés dans d’autres langues[modifier]

Références[modifier]