détonner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Verbe dérivé de ton avec le préfixe dé- et le suffixe -er → voir entonner ; tonner est issu de tonare, apparenté à tonus et notre ton moderne, étonner de extonare, etc.
La distinction de sens entre détoner et détonner n’est pas toujours respectée par les auteurs.

Verbe 1 [modifier le wikicode]

détonner \de.tɔ.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Musique) Sortir du ton qu’on doit garder pour chanter juste.
    • Il n’a pas l’oreille juste, il détonne à tout moment.
  2. (Figuré) Contenir des choses qui ne sont pas dans le ton général, en parlant des choses ou des personnes.
    • Parmi ces volumes modernes, qui détonnaient souvent avec les vieilles routines des cahiers, j’en remarquai un qui produisait sur moi un effet singulier. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 108.)
    • Son imperméable fripé détonnait avec sa nouvelle élégance : il en fit une boule et la jeta dans la corbeille à papiers. Qu'on le rasât de près, qu'on lui fît un massage facial, et une manucure : il serait d'attaque. — (Claude Cariguel, L'insolence, Éditions Robert Laffont, 1967, chap. 2)

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Verbe 2[modifier le wikicode]

détonner \de.tɔ.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Variante de détoner.
    • Puis les chants de l’Église détonnèrent tout à coup en réveillant les idées confuses qui saisissent les âmes les plus incrédules, forcées de céder aux touchantes harmonies de la voix humaine. — (Honoré de Balzac, Le Médecin de campagne, 1855)

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]