péril

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : peril

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin periculum (« expérience, épreuve, essai ») dérivant du verbe périor (« éprouver, expérimenter ») dérivant de l’indo-européen *per-. (Vers 950) peril.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
péril périls
\pe.ʁil\

péril \pe.ʁil\ masculin

  1. Danger, risque, état où il y a quelque chose de fâcheux à craindre.
    • À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. — (Corneille, Le Cid, II, 2)
    • Maurin crut que la République était en péril. — (Jean Aicard, Maurin des Maures - Chapitre XVII)
    • […] il se demandait s’il avait bien réellement le droit d’associer à cette vie de périls et d’embûches continuelles une jeune fille de l’âge de sa nièce. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Loin du danger, il ne rêve qu’exploits héroïques, entreprises surhumaines et gigantesques ; mais, quand vient le péril, son imagination trop vive lui représente la douleur des blessures, le visage camard de la mort, et le cœur lui manque ; […]. — (Théophile Gautier, Le capitaine Fracasse, vol. 1, Charpentier, 1871, p. 270)
    • C’était le coffret qu’Ayrton avait sauvé au péril de sa vie. — (Jules Verne, L’Île mystérieuse)
    • Au lieu de demeurer solidement planté dans les préjugés de son grand-père, Bert eut le cerveau ravagé par de successives irruptions d’idées violentes au sujet de la concurrence allemande, du péril jaune, du péril noir, du fardeau de l’homme blanc : […] — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 118 de l’éd. de 1921)
    • — Ma foi, mon cher Sorel, à vos risques et périls. — (Stendhal, Le Rouge et le Noir - Tome second, Chapitre III)
    • Il se peut qu’à l’heure du péril de guerre, le syndicalisme souffrît d’un léger fléchissement. — (Henri Manceau, Des luttes ardennaises, 1969)
    • Qu’y a-t-il Héloïse ?
      Le prénom familier rompait l’envoûtement, conjurait le péril. Il la rejetait vers l’enfance, niait sa flamboyante puberté […].
      — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Lorsque le pays est menacé d’un péril imminent dans ses institutions, dans son indépendance ou dans son intégrité territoriale, le Président de la République décrète l’état d’exception. — (Constitution algérienne du 28 novembre 1996, Art. 93)

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Notes[modifier le wikicode]

La prononciation ancienne est \pe.ʁij\ (comme périlleux \pe.ʁi.jø\) puis \pe.ʁi\ avec un L muet (comme fusil et outil). Au cours du XIXe siècle, le L final est à nouveau prononcée.

Paronymes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]