pleuvoir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin populaire *plŏvēre (plovebat, imparfait de l'indicatif, attesté chez Pétrone), en latin classique plŭĕre, lui-même de l’indo-européen commun *pleu [1] (« courir, couler »), qui a également donné le grec ancien πλύνω, plýnô (« laver »), πλέω, pléô (« naviguer »), l'anglais flow, flood, le tchèque plout, plavat.

Verbe [modifier]

Il pleut beaucoup !

pleuvoir \plø.vwaʁ\ intransitif impersonnel 3e groupe (conjugaison)

  1. Tomber du ciel, en parlant de l’eau des nuages.
    • Maintenant il pleut… J’entends l’eau qui ruisselle des gouttières, et qui fouette les vitres de ma chambre… (Octave Mirbeau, La tête coupée, dans Lettres de ma chaumière, 1886)
    • Dis donc, Monsieur, ça pleut dehors… Est-ce que je peux t’y prendre le parapluie ? (Georges Feydeau, Les Pavés de l’ours, 1896)
    • 8 m a r s. — Il a plu sans interruption depuis près de vingt heures, et le terrain où nous campons est complètement détrempé. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 138)
    • Il pleuvait. Par instants, on entendait l’averse s’écraser contre la verrière du haut, […]. (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Il faisait froid et pleuvait. Rattner et moi, empaquetés dans nos pardessus, nous l’invitions à remuer. (Henry Miller, L’ancien combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Il avait plu toute cette semaine-là, et la vieille boue des hivers, pétrie par les sabots des vaches, des chevaux et des gens, grasse de bouse et claire comme de la pâte à gaufres s'était ramollie. (Jean Rogissart, Mervale, Éditions Denoël, Paris, 1937, p. 16)
  2. (Figuré) Tomber ou arriver en grande quantité.
    • Mais l’artillerie tonnait, et la mitraille pleuvait sur ce pauvre débris d’armée, presque aussi drue que la neige, qui forçait les artilleurs de viser au hasard. (Alexandre Dumas, Le Capitaine Richard, 1860, p.179)
    • Les plaisanteries et les compliments crus pleuvaient, en arabe, en français, plus ou moins mélangés de sabir. (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)
    • Pif ! paf ! les gifles commencèrent à pleuvoir et la vaisselle à danser : […]. (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • En 1945, elle avait sept ans. Un matin, les bombes avaient commencé à pleuvoir. A Kobé, ce n'était pas la première fois qu’on les entendait, loin s’en fallait. (Amélie Nothomb, Métaphysique des tubes, Albin Michel, Paris, 2000)
  3. Tomber ou sembler tomber du ciel comme la pluie, en parlant d’autres choses que la pluie.
    • Ce vacarme académique, qui dura tout le mois d’août 1836, était pour le moins aussi amusant que celui des étoiles filantes qui s’abattaient tous les huit jours sur le Pont-Royal, et que celui des crapauds qui pleuvaient tous les huit jours à l’Académie. (François-Vincent Raspail, Nouveau système de chimie organique, 1838, p.598)
    • On en a conclu qu’il pleuvait des crapauds, ce qui est une impossibilité, attendu que, d’après les lois invariables de la nature, ces animaux, à cause de leur forme et de leur poids, ne peuvent se trouver dans l’air. (J. Lingay, Erreurs et préjugés, 1853, p.57)
    • J’examinai alors attentivement ces taches, j’étudiai leur développement, et je reconnus... qu’il pleuvait du sang !... Oui ! il pleuvait du sang !... Je levai la tête et […] je vis se balancer les silhouettes mutilées de plusieurs pendus ; […]; et c’était du cou de ces dernières victimes pendues par les pieds que tombait cette pluie de sang ! (Félix Maynard, De Delhi a Cawnpore, journal d'une dame anglaise, 1858, p.97)
    • Non, non, vos fautes apportent avec elles leur châtiment immédiat, c’est sur votre dos que pleuvront les coups, c’est vous-mêmes qui serez punis. (La révolution et les révolutionnaires de Février, dans La Revue des Deux Mondes, T.7; 1850, p.539)
    • Les Boches préparaient un « sale » coup, et Luc, de quart au périscope, avait donné l’alerte à sa tranchée. Presque aussitôt le bacchanal se déchaîne : les obus pleuvent, les parapets sautent. (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.155)

Synonymes[modifier]

Au sens propre
Au sens figuré
Autre chose que de la pluie

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]