pisser

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

D’une forme romane [1] *pissiare qui donne l’italien [2] pisciare, l’occitan pissar, l’anglais to piss, le catalan pixar, l’espagnol pishar. L’allemand pissen parait être un emprunt aux langues romanes, le verbe est absent des langues celtiques et il est difficile d’appeler à la rescousse le latin pitissare, pytissare (« cracher »).
Le mot est donc issu d’une onomatopée.

Verbe [modifier le wikicode]

pisser \pi.se\ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Populaire) (Vulgaire) Uriner.
    • Joséphine […] pissa dans ses jupes de détresse en remarquant l’altération des traits du Pape à cette apostrophe véhémente. — (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Enfin on vint. « Qu’est-ce que tu veux ? » Je voulais uriner. « Pisse sur toi », me répondit-on de derrière la cloison. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Si je ne vieillis pas, gamin, c’est que je bois la sève des bouleaux au printemps. Ça dépure, ça fait pisser par pintes. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Populaire) Couler abondamment.
    • Puis c'est le printemps et tu as beau colmater de ton mieux toutes les fissures de ta hutte de terre, quand il pleut, l'eau te pisse sur la tête. — (Mordecai Richler, Solomon Gursky, traduit de l'anglais (Canada) par Lori Saint-Martin & Paul Gagné, Éditions du Sous-sol, 2016, chap.7)
    • Il gémissait mais il n'avait pas perdu connaissance. Il pissait un sang pas possible. — (Antoine Bello, Enquête sur la disparition d'Émilie Brunet, 2010 ; édition Folio, 2012, p. 169)
  3. (Familier) (Péjoratif) Produire abondamment des choses médiocres.
    • Cadeno avait fait merveille. Ce qu'il ignorait, il l'inventait. Se prétendant l'ami des princesses et des starlettes, il pissait de la copie à propos de leurs infidélités et de leurs travers. — (Christian Jacq, Crime academy, vol.6 :Les enquêtes de l'inspecteur Higgins, J Éditions, 2012, p.74)
    • Ils peuvent se réjouir, tous ces journalistes qui annoncent de fausses nouvelles. […]. Ils font la course au sensationnel et pissent de la ligne pour remplir du papier. C'est tout. — (Jérémy Vandurme, Jusqu'à ce que la mort nous sépare..., Auteur lulu (Lulu.com), 2011, p.180)
    • Il ne voulait pas de vaches noir et blanc, de celles qui pissent le lait, les Holstein : en Normandie, on a des normandes ! — (Patrick Herman & ‎José Bové, Numéro d'écrou 20671 U: lettres au détenu Joseph Bové, Atalante, 2003, p.99)
    • Certes, le vin français "pissait" deux à trois fois plus que le vin espagnol, riche en sucres et en alcool, mais ce n'était guère là un signe de qualité. — (Jean-Marc Delaunay, Méfiance cordiale. Les relations franco-espagnole de la fin du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale, Éditions L'Harmattan, 2010, chap.17, p.14)
  4. (France) (Familier) (Jeux) Poser une carte d’atout, à défaut de pouvoir enchérir ou monter, plus faible qu’une carte d’atout posée par un joueur précédent.
    • Le joueur suivant doit revenir à la couleur demandée ; s'il n'en a pas, il est obligé de monter en Atout (de surcouper en mettant un Atout d'un numéro supérieur) ; s'il ne peut monter, il « pisse » un Atout plus faible ; sans Atout, il se défaussera avec n'importe quelle carte. — (Dominique Michele, Le Livre des jeux de cartes: Règles et astuces de 32 jeux indispensables, Éditions Fetjaine, 2011, chap.29 : le Tarot)
    • Cela permet de faire pisser à l’atout les autres joueurs, obligés de dévoiler certains arguments pour répondre. — (Jakez ar Vagerez, L’Héritage Spirituel, tome 2, page 130, Publibook, 2001)
  5. (Transitif) Évacuer en urinant.
    • Trois mois après le malade pissa un calcul d’acide urique qu'on jugea le noyau d'une pierre plus volumineuse qui avait été usée et dissoute. — (Dr Petit, Traitement médical des calculs urinaires par les eaux de Vichy, dans Revue Médicale française & étrangère, juin 1838, en collection dans l’Encyclographie des sciences médicales, Bruxelles, 1838, p.107)
  6. (Transitif) Laisser s’écouler, en général abondamment.
    • Pisser le sang.
    • Ses vêtements pissaient l’eau.
  7. (Québec) (Désuet) Avoir peur. → voir pissou
    • Et Zéphirin montra le poing à Narcisse, qui de son côté écumait.
      — Fais pas de bêtises, grommela Narcisse.
      — Ah! tu pisses, reprit le bedeau d'un ton dédaigneux.
      — Tu crés? Alors, viens derrière la grange et j'men vas t'montrer ce que c'est qu'un Canayen qui a du poil aux pattes.
      — (Rodolphe Girard, Marie Calumet, Montréal, 1904, ch. XII)

Synonymes[modifier le wikicode]

Uriner :
Couler abondamment :

Dérivés[modifier le wikicode]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Anglais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du verbe piss avec le suffixe -er.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
pisser
\pɪ.sə(r)\
pissers
\pɪ.sə(r)z\

pisser \pɪ.sə(r)\

  1. Pisseur, celui qui pisse.
  2. (Vulgaire) Toilettes.
  3. (Familier) (Vulgaire) (Royaume-Uni) Quelque chose de fâcheux ou de mauvais.

Moyen français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Voir pisser en français.

Verbe [modifier le wikicode]

pisser \Prononciation ?\

  1. Pisser.