bravitude

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(≤ 2002) Du mot brave auquel est adjoint le suffixe -itude.
Terme utilisé par Ségolène Royal, candidate socialiste à l’élection présidentielle française de 2007, lors d’une visite sur la muraille de Chine le 7 janvier 2007 : « Comme le disent les Chinois : qui n’est pas venu sur la Grande muraille n’est pas un brave, et qui vient sur la Grande muraille conquiert la bravitude » [1] (la première partie de la phrase correspond à un proverbe chinois existant : 不到长城非好汉).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
bravitude bravitudes
/bʁa.vi.tyd/

bravitude /bʁa.vi.tyd/ féminin

  1. (Usage critiqué) Plénitude d’un sentiment de bravoure. [2]
    • Le terme de bravitude est utilisé en 2009 par les traducteurs de l'épisode "Le sens de la vie de Roger" d’"American Dad".
  2. (Par plaisanterie) Bravoure.
  3. Dans le jeu Nainwak’s World :
    1. Appartenance à la communauté des nains « braves » (brave au sens de bon, désigne un des deux camps dans le jeu).
    2. Bravoure. Son antonyme dans le jeu est couardatise.
Note[modifier | modifier le wikitexte]
Le premier sens est celui proposé par les proches de Ségolène Royal [2]. L’utilisation qu’en a faite Mme Royal est apparemment la seule attestée en ce sens en littérature et dans le grand public.
Le second sens correspond, d’après les critiques, au lapsus, barbarisme ou faute de français que constitue l’emploi du mot, en supposant alors que Mme Royal ait dit involontairement bravitude au lieu de bravoure, et que le sens de « plénitude d’un sentiment de bravoure » ait été inventé a posteriori.
Le second sens a été utilisé avec ironie, ainsi que des mots improprement finis en -itude, pour rappeler l’anecdote.
L’emploi par les utilisateurs du jeu Nainwak date de 2002, cinq ans avant celui de Ségolène Royal. La référence au jeu est suggérée par Jack Lang. [2] On peut rapprocher le nom du jeu, Nainwak, de port’naouak, verlan altéré de « n’importe quoi ».

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]