commisération

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : commiseration

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin commiseratio (« action d’exciter la pitié »), de misereo (« avoir pitié »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
commisération commisérations
/kɔ.mi.ze.ʁa.sjɔ̃/

commisération /kɔ.mi.ze.ʁa.sjɔ̃/ féminin

  1. (Soutenu) Sorte de pitié qu’on ressent pour ceux qui se sont rendus coupables de fautes, qui ont commis des actes contraires à la morale, à la religion.
  2. Éprouver de la miséricorde ; partager la misère mentale d'autrui due à sa situation ; compatir pour la souffrance physique ou morale d'un ou plusieurs autres individus.
    • Un sentiment de commisération se peignit sur sa figure, et il jeta un regard de bienveillance sur les deux filles, …. (Honoré de Balzac, Un épisode sous la Terreur, 1830)
    • […], aussi en vint-il au bout d’un instant à se persuader que le savant était fou. Il lui lança un regard de commisération en hochant la tête, …. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
    • Mais elle était assez réveillée pour voir le coup d’œil de commisération qu’il lui lança. (Françoise Bouillot, Nous arrêterons le soleil, 2002, Seuil)
    • Nous nous butons à une commisération de pure forme : « Schrecklich, schrecklich », disent-ils, puis à d’hypocrites doléances : « Comme on nous a menti! » ; et enfin à l’insidieux raisonnement : « Mais pouvons-nous être responsables ? » (Henri Grégoire, Oscar Grojean, Anatole Muhlstein, Le Flambeau : revue belge des questions politiques et littéraires, volume 2, partie 1, page 143, 1919, Lamertin)

Quasi-synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]