misère

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : miséré

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Date à préciser) Du latin miseria.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
misère misères
/mi.zɛʁ/

misère /mi.zɛʁ/ féminin

  1. Condition, état de celui qui inspire la pitié.
    • L’attitude de la théologie chrétienne à l’égard des juifs a été fixée dans le début du IVe siècle (concile de Nicée, 325) : le judaïsme ne doit pas disparaître, il doit vivre, mais dans un état d’avilissement et de misère tel qu’il fasse nettement apparaître aux yeux des croyants comme des incroyants le châtiment infligé par Dieu à ceux qui n’ont pas voulu reconnaître la divinité de Jésus. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • (Par extension) C’est une grande misère que les meilleurs procès. C’est une misère que d’avoir affaire à lui.
  2. (Spécialement) Privation des choses nécessaires à la vie.
    • Comme approchait le jour de l’inauguration du nouveau président, le désordre, la crainte et la misère étendaient leur empire. (André Maurois, Chantiers américains, 1933)
    • Ayant une suffisante connaissance des taudis de Marseille, je m’imaginais que leur misère n’était guère dépassable. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité, 1931)
    • Ainsi toute cette philosophie sert à voiler les misères de l’époque […]. Elle sert à détourner les exploités de la contemplation périlleuse pour les exploiteurs, de leur dégradation, de leur abaissement. (Paul Nizan, Les chiens de garde, 1932)
    • La misère, quoi qu’on en pense, n’incite pas au crime : […]. (Francis Carco, L’Homme de Minuit, 1938)
    • La Pauvreté, ah ! la garce ! Elle va dans un cortège d’humiliations, de basses rancunes, de fangeuses abdications. Elle traîne, derrière elle, sa sœur la Misère, au rire édenté, aux orbites desséchées, aux doigts mous. (Victor Méric, Les compagnons de l’Escopette, 1930, p. 34)
  3. (En particulier) Expression de la faiblesse et le néant de l’homme.
    • On ne s’étonnera donc pas du sang-froid avec lequel il accueillit les applaudissements de la Société Royale ; il était au-dessus de ces misères, n’ayant pas d’orgueil et encore moins de vanité ; […]. (Jules Verne; Cinq semaines en ballon, )
  4. (Figuré) Bagatelle, chose de peu d’importance et de valeur.
    • Ne vous inquiétez pas de cela, c’est une misère, ce n’est qu’une misère. Il s’est fâché pour une misère.
    • Il a l’air de se bien porter, mais il a toujours quelques misères de santé.
  5. (Botanique) Nom usuel d’une plante ornementale de la famille des commélinacées.
    • Ces formations filamenteuses, observées pour la première fois dans les cellules du pollen de Tradescantia (nom populaire: misère), furent baptisées chromosomes par Waldeyer en 1888. (Marc Maillet, Biologie cellulaire, 2006)
  6. (Québec) Difficulté.
    • J'ai de la misère à terminer ce devoir.
  7. Malchance.
    • C’était la poisse, la pouille, la misère, la débine. (Raymond Queneau, Loin de Rueil, Gallimard, 1944. Édition Folio, 2003, p.200.)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Il ne vend rien, c’est la misère des temps qui en est la cause.

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Interjection[modifier | modifier le wikitexte]

misère /mi.zɛʁ/

  1. S’emploie pour marquer la consternation, le désespoir ou l’exaspération.
    • Que mon propre lecteur, à condition — misère… — que les homélistes lui aient enseigné l’hébreu, s’emploie donc dare-dare à accueillir favorablement l’invite : elle ne le volera pas en surprises : des pans entiers du gnosticisme, et des évangiles, et des Épitres, et de l’Apocalypse canoniques lui paraitront aussitôt fort limpides. (Bernard Dubourg, L’invention de Jésus, tome II, « La fabrication du Nouveau Testament », Paris, Éditions Gallimard, 1989, p. 52)

Forme de verbe[modifier | modifier le wikitexte]

Conjugaison du verbe misérer
Indicatif Présent je misère
il/elle/on misère
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je misère
qu’il/elle/on misère
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
misère

misère /mi.zɛʁ/

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de misérer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de misérer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de misérer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de misérer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de misérer.

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Néerlandais[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

misère /Prononciation ?/

  1. Misère.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]