homme

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Homme

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin homĭnem, accusatif de homo (« être humain, individu »). La forme du nominatif homo a donné en français le pronom indéfini on.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
homme hommes
/ɔm/
L’Homme par Léonard de Vinci, dit L’Homme de Vitruve

homme /ɔm/ masculin

  1. Être humain mâle ; par opposition à la femme.
    • A la vérité, on ne voit pas les hommes se réunir entre eux, à l'écart des femmes, pour la plus grande, gloire et le triomphe du bon sens. (Franc-Nohain, , Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
    • Philippe de Valois était surtout redevenu homme, et pareil à tout époux, grand seigneur ou dernier valet, qui corrige sa femme menteuse. (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 6, Le Lis et le Lion)
    • […] ; nous travaillâmes désormais ensemble, avec un accord et une communauté de jugement qu’il est rare de trouver entre deux hommes. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Céline Thiébault était alors une jeune fille « bienfaisante », une de ces grandes filles brunes qui paraissent vingt ans au lieu de quinze, de celles qu’à la campagne on compare volontiers à une pouliche et que les hommes, vieux et jeunes, détaillent avec une basse envie, un violent désir. (Jean Rogissart, Hurtebise aux Griottes, 1954, p.19)
  2. Personne, être humain, homme ou femme ; l’espèce humaine dans son ensemble. (Aussi écrit l’Homme avec une majuscule.)
    • Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits (Article premier de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, 1789)
    • Être homme est facile ; être un homme est difficile. (Proverbe chinois cité par Claude Gagnière, in Pour tout l’or des mots)
    • Il savait maintenant parler la langue du désert, il connaissait ces hommes qui, au début, lui avaient semblé si mystérieux et qui, après tout, n’étaient que des hommes comme tous les autres, ni pires, ni meilleurs, autres seulement. (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • […] les Peaux-Rouges disent que le castor est un homme qui ne parle pas, et ils ont raison ; il est sage, prudent, brave, industrieux et économe. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
    • Ô hommes ! si vous êtes véritablement des hommes, épargnez ceux qui ne peuvent plus se défendre ! (Walter Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  3. (Par extension) Soldat, marin, etc.
    • Ce dernier Wallenrod, des vrais Wallenrod-Tustall Bartenstild, avait acheté presque autant de balles de coton que l’Empereur perdit d’hommes pendant sa sublime campagne de France. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • L’effectif de la brigade n’avait pas varié : il s’était maintenu au chiffre de 6.000 hommes, grâce à l’apport régulier des dépôts. (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.90)
    • Le 4 octobre 1911, le Premier ministre Giolitti donne le coup d’envoi au départ d’un corps expéditionnaire. Il va vite atteindre les 100 000 hommes, marins et bersagliers, transportés par des centaines de navires. (Tewfik Farès, 1911 : la Libye en guerre, déjà, dans Libération (journal) du 18 mars 2011, p.S12)
  4. Conjoint, époux, partenaire.
    • C’est mon homme.
  5. Celui qui est parvenu à l’âge de virilité, à l’âge adulte.
    • C’est un homme à présent !
  6. Individu, quidam.
    • L’homme plantait des arbres. - Comment est mort cet homme ?
  7. (Par extension) Personnage présenté, commis, délégué, rétribué par un autre ; son partisan déclaré.
    • Il est l’homme d’un tel.
  8. (Spécialement) Représentant, émissaire politique ou économique de quelqu’un ou d’un parti.
    • Il est l’homme de Moscou et occupe les fonctions de chef du Bureau central d’information chargé de surveiller les publications et la propagande communistes […] (Varsovie insurgée, page 204, Alexandra Kwiatkowska-Viatteau, Alexandra Viatteau, 1984)
  9. (En particulier) Être de sentiments, de passions, soumis aux vicissitudes, aux infirmités qui sont le commun de tous les hommes, inhérent à leur nature humaine.
    • Avoir un cœur d’homme.
    • Au milieu des grandeurs, il n’a point oublié qu’il est homme.
    • Il est homme et doit craindre les retours de la fortune.
    • Dans cet écrivain on trouve rarement l’auteur et toujours l’homme.
  10. (Figuré) Être qui, malgré sa sagesse, montre toujours quelque faiblesse humaine.
    • Il y a toujours de l’homme, il se mêle toujours de l’homme dans nos actions, etc.
    • Il entre bien de l’homme dans ce qu’il fait, dans ce qu’il dit, etc.
  11. (Absolument) (Vieilli) Personnage de cœur, de fermeté.
    • Se montrer homme.
    • Il a montré qu’il était homme.
    • Soyez homme.
    • C’est un homme que cet homme-là.
  12. (Jurisprudence féodale) Vassal.
    • Le seigneur féodal pouvait, par faute d’homme, mettre en sa main le fief qui relevait de lui.
    • Homme de mainmorte.
Note[modifier | modifier le wikicode]
Note d’usage : Dans certaines constructions, le mot homme prend un tour particulier :
  1. Quand il est joint à un nom par la préposition de, il sert à marquer la profession, l’état ou les qualités bonnes ou mauvaises d’un homme.
    • Homme de guerre.
    • Homme d’épée.
    • Homme de robe.
    • Homme de théâtre.
    • Homme de Bourse.
    • Homme de métier.
    • Homme de goût.
    • Homme de tête.
    • Homme de cœur.
    • Homme de savoir.
    • Homme de cabinet.
    • Homme d’intérieur.
    • Homme des rues.
    • Homme des champs.
    • Homme d’écurie.
  2. Joint avec un infinitif ou avec un nom par la préposition à, il sert ordinairement à marquer, en bien ou en mal, de quoi un 'homme' est capable.
    • Il n’est pas homme à souffrir, à endurer un affront.
    • Il est homme à tout entreprendre, à tout hasarder.
    • Il est homme à s’en venger.
    • Homme à idées et à projets.
  3. Il s’emploie avec de même pour marquer de quoi un homme est digne, soit en bien, soit en mal; et alors, au lieu de dire, Il est homme à, on dit plus ordinairement C’est un homme à.
    • C’est un homme à noyer, à pendre, un homme à nasardes, à étrivières.
    • C’est un homme à parvenir aux premières places.
    • C’est un homme à ménager, à employer.
  4. Avec les adjectifs possessifs, il signifie souvent un homme propre et convenable à ce qu’on veut, l’homme dont on a affaire, un homme tel qu’il faut.
    • Si vous pensez ainsi, vous n’êtes pas mon homme.
    • Je ne suis pas leur homme.
    • Vous avez bien trouvé votre homme.
    • Il a bien trouvé son homme.
  5. De même il précise le personnage dont il s’agit, dont on parle dans la conversation.
    • N’ayant pas trouvé son homme où il l’avait laissé...
    • Notre homme ne se le fit pas répéter deux fois.
    • C’est un habile spadassin qui ne manque jamais son homme, qui vous a bientôt expédié son homme.
    • Cette maladie emporte bientôt son homme.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Antonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

  • France  : écouter « homme [ɔm] »

Paronymes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

  • homme sur Wikipédia Article sur Wikipédia
  • Traduction en langue des signes française : homme

Références[modifier | modifier le wikicode]

Estonien[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Adverbe[modifier | modifier le wikicode]

homme /Prononciation ?/

  1. Demain.