monaco

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Monaco, Mónaco, Mònaco, Monacó, Monacô

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Nom commun 1) (1680) Antonomase de Monaco. En 1837 et 1838 le prince Honoré V de Monaco émit des monnaies surtout de cuivre (des « sous ») à son effigie qu’il tenta de faire circuler en France à partir de Marseille sans avoir négocié au préalable avec le gouvernement français : bien que de bon aloi ces pièces tombèrent dans le décri  [LHB]. D’où l’acception populaire de « monnaie monégasque suspecte » puis de « sou en général ». Jacques Cellard et Alain Rey jugent le terme « [v]ieux ou hors d’usage après 1930 »  [JCAR].
(Nom commun 2) Attesté en (1874), mais est décrite par un certain Gergoux aux alentours de (1800)[1]. Antonomase de Monaco.
(Nom commun 3) (Date à préciser) D. Luzzati a indiqué en 1984 : « Quoique aussi peu attesté que la mauresque, le monaco nous semble faire allusion à la ville de ce nom car la grande majorité de nos mélanges ont une origine méridionale. »[2] Il n’est pas sûr que le fait que cette boisson soit blanche et rouge comme le drapeau de la principauté de Monaco soit à l’origine de son nom.

Nom commun 1[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
monaco monacos
/mɔ.na.ko/

monaco /mɔ.na.ko/ masculin

  1. (Numismatique) Monnaie émise par le prince de Monaco.
  2. (Par extension) (Vieilli) (Populaire) Sou, monnaie, argent quelle qu’en soit l’origine.
    • Après cette première explosion de gaîté française, notre homme saute en bas de son lit, et, après avoir passé quelques légers vêtements, court visiter le tiroir de sa table, de son secrétaire ou de sa commode pour voir combien il lui reste d'argent à dépenser pour enterrer joyeusement le carnaval, Après avoir bien fouillé, notre gaillard finit par additionner vingt-sept francs dix sous, y compris plusieurs pièces de quinze sous très rognées et cinq ou six Monacos d'un placement difficile. (Philadelphe Maurice Alhoy, Louis Huart, Charles Philipon, Le Musée pour rire, Volume 3, Aubert, page 134, 1840)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun 2[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
monaco monacos
/mɔ.na.ko/

monaco /mɔ.na.ko/ féminin

  1. Nom d’une contredanse très appréciée à l’époque de la Révolution et durant le début du xixe siècle.
    • Dans le précédent intermezzo (une vidéo et un texte sur la seule danse que dansait Napoléon) je proposais l’histoire d’une contredanse intitulée la Monaco, avec un court extrait d’un film d’Abel Gance. Malheureusement le cinéma d’Abel Gance, pour génial qu’il ait été, n’était pas animé d’esprit philologique, et les danseurs y dansent une sorte de menuet assez vif, étranger aux principes de la contredanse. On n’y voit ni la Chaine Anglaise, ni les Chassez - Déchassez de l’authentique Monaco et par ailleurs les danseurs s’y font rarement face… (Claire Soullier, La Contredanse au temps d’Élisa, sur claire-s-passages.blogspot.fr le 10 août 2008)
    • LE ROYALISTE : Mais, j'ai vu Bonaparte danser la monaco à Malmaison en présence du corps diplomatique ; et si j'ai bonne mémoire, il dansait fort mal ; et d'ailleurs, pour faire renoncer Louis XIV à son divertissement favori, et dans lequel il surpassait en bonne grâce tous les seigneurs de sa cour, il ne fallut que quatre vers de Racine. (Hector de Jailly, Une année: ou La France depuis le 27 juillet 1830 jusqu'au 27 juillet 1831 édité chez Dentu, 1831, page 128)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun 3[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
monaco monacos
/mɔ.na.ko/

monaco /mɔ.na.ko/ masculin

  1. Cocktail composé d’un mélange de limonade, bière et sirop de grenadine.
    • Jennifer à Beth : Quand elles commencé, je n'ai pas ressenti le même ouragan de soulagement ni les mêmes envies de monaco que d'habitude. Ce que je veux dire, c'est que j'étais soulagée : parce qu'en plus de boire des monacos je ne pense pas avoir mangé le moindre aliment riche en acide folique depuis six mois. (Rainbow Rowell, Attachement, Milady Romance, chapitre 5 page 2, 2012)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Italien[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

monaco /ˈmɔ.na.ko/ masculin

  1. Moine (religieux).