bâiller

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : bailler

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Apparenté à badalhar en occitan, badallar en catalan, sbadigliare en italien, du latin populaire bataclare, de *batare (« bayer, béer »).

Verbe [modifier le wikicode]

bâiller \bɑ.je\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Réaliser un mouvement réflexe d’inspiration suivi d’une expiration en ouvrant grand la bouche.
    • L’intelligence avec laquelle ce Tourangeau raccommodait le trait cassé rassura le colonel comte d’Aiglemont, qui revint vers la portière en étendant ses bras comme pour détirer ses muscles endormis ; il bâilla, regarda le paysage, et posa la main sur le bras d’une jeune femme soigneusement enveloppée dans un vitchoura. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, 1842, chapitre premier)
    • Boyer apprit au parterre à bâiller. — (Jean Racine, Épigrammes, V)
    • On coupa des baguettes et l’on chercha des perches légères, mais aucune ne se trouva être assez grande pour atteindre la grenouille, qui bâillait toujours, la gueule ouverte, sur sa feuille de nénuphar. — (Louis Pergaud, Un sauvetage, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. Béer, être ouvert, entrouvert.
    • Une porte qui bâille.
    • Votre chemise bâille à l’encolure : vous avez perdu du poids. — (Liz Friedman, Dr House, saison 2, épisode Partie de chasse)

Dérivés[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Homophones[modifier le wikicode]

Paronymes[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]