chantelage

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De moyen français chantelage, lui-même de l’ancien français chantelage → voir chantel et -age.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
chantelage chantelages
\Prononciation ?\

chantelage masculin

  1. (Fiscalité) Droit féodal qui était dû pour la vente de vin sur un chantier.


Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Moyen français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De l’ancien français chantelage.

Nom commun [modifier le wikicode]

chantelage \Prononciation ?\ masculin

  1. (Droit) Droit à acquitter pour le commerce du vin.

Variantes[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du bas-latin chantelagium, cantelagium, de cantellus, proprement chanteau, mais qui s’est confondu avec canterium, chantier (Emile Littré).
Dans le domaine du vin : latin cantherius chevalet de la vigne peut venir du latin canthus, mais aussi du vocabulaire du vin : canteriarius et cantare, (confondu avec cantare, « chanter ») cantarus, cantarium, cantelium, canterata, canthare (Du Cange, Carpentier) tirés du grec ancien κάνθαρος, vase, vaisseau à vin et κανθάρεως, cépage, vigne, vin).

Nom commun [modifier le wikicode]

chantelage \Prononciation ?\ masculin

  1. (Droit féodal) Droit du Seigneur de prendre sur le vin des « vaisseaux » mis sur les chantiers de la cave : chantelage, « canteriarium vectigal ».
  2. Droit payé pour vider la lie des tonneaux dans la ville par le chantel.
    • Tout cil puevent estre taverniers à Paris qui veulent, se il ont de quoi por payer le chantelage au roy. — (Francisque Michel|Francisque Michel, Histoire des hôtelleries, cabarets)
    • Se borgois de Paris achate vin à Paris dedens la vile, et il le vent dedenz la vile, cornent que il le vende, à gros ou à broche, il doit de chascun mui den. de chantelage, et de l'achat ne doit-il rien ; et se li bourgois de Paris amène le vin de dehors Paris, et le vent à Paris, il ne doit point de chantelage.— (Etienne Boileau, Livre des métiers)
    • Chantelage est une coustume assise anciennement, par laquelle il fu establi, que il loisoit à tous ceus qui le Chantelage paient, à oster le chantel de leur tonneau, et la lie wider, et parce que il sembloit que cil qui dedans la ville de Paris estoient demourans, n'achetassent pas vin, que il ne le voulsissent revendre, et quant il l'eussent vendu, oster le chantel de leur tonneau, et leur lies oster, pour ce fu mis li Chantellage sur les demourans, et sur les Bourgois de Paris. — (Etienne Boileau, Livre des métiers)

Références[modifier le wikicode]