vigne

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : Vigne

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1120) Du latin vīnĕa (« vignoble », « cep de vigne », « pied de vigne »). Vigne se dit en latin vītis, ce qui explique l’étymologie des mots savants viticulture, viticole, etc.
Mais il n'est pas exclu que « vigne » dérive du vieil arabe وَيْنٌ, wayn [1][2][3][4].[5], qui signifie (« cep de vigne à raisin noir »).
(ca. 1100) vine, vinne.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
vigne vignes
\viɲ\
feuilles et fruits de la vigne

vigne \viɲ\ féminin

  1. (Botanique) Plante à tige ligneuse et ordinairement tortue, qui produit le raisin dont on fait le vin.
    • Quoiqu’elle ne trouve pas dans ce département les conditions climatériques nécessaires à sa croissance, la vigne est cependant cultivée, mais sur une faible étendue, dans les arrondissements de Vouziers et de Rethel. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, p. 133)
    • Simple et rustique, elle est située, ma chaumière, […] à l’orée d’un joli bois de hêtres […] Une vigne l’encadre joyeusement ; des jasmins, parmi lesquels se mêlent quelques roses grimpantes, tapissent sa façade de briques sombres. — (Octave Mirbeau, Ma chaumière, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Tous les ans, M. Millardet féconde des vignes américaines par du pollen des vignes françaises. — (M. A. Bouchard, Une Mission viticole, Imprimerie Lachèse & Dolbeau, Angers, 1891, p. 78)
    • Presque partout dans le département, l’abandon des campagnes a causé un recul de l’olivier et parfois même de la vigne, submergés par la croissance spontanée des pins. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. Terrain planté de vignes.
    • Une partie du territoire de Vauclerc était encore inculte, il y a moins d’un siècle. On parvint à convertir en vignes des lieux qui jadis n’offraient que des roches stériles. Ces défrichemens, qu’on doit aux moines de Foigny, donnèrent naissance au village de la Vallée-Foulon. — (J.-B.-L. Brayer, Statistique du département de l’Aisne, Imprimerie Melleville, Laon, 1825, p. 107)
    • On trouve aussi des vignes dans les communes de Suzanne, Tourteron, Guincourt , Neuville-et-Day. Ces quatre communes en contiennent environ 140 hectares produisant, année moyenne, 12,400 hectolitres de vin de médiocre qualité. — (Jean-Baptiste Hubert, Géographie historique du département des Ardennes, Charleville : chez Lhuyer, Paris : chez Delloye & Rheims : chez Portier, 2e éd., 1838, p. 333)
    • Les formes de dégradation du phylum du Chêne-vert sont très nombreuses et constituent l’essentiel du paysage méditerranéen français là où l’homme n’a pas placé ses vignes, ses olivettes, ses vergers d’Amandiers, ses jardins ou ses cultures labourées. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p. 174)
    • Un rude hiver s’est abattu sur la campagne bourguignonne : les quelques arpents de vigne qui font vivre la famille ont gelé. — (Rosa Moussaoui, Zéphyrin Camélinat (1840-1932) Un long chemin, de la commune au communisme, dans L’Humanité, 7 septembre 2011)

Synonymes[modifier le wikicode]

Faux-amis[modifier le wikicode]

  • Faux-amis en anglais : vine (États-Unis) liane, plante grimpante

Dérivés[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • vigne sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier le wikicode]

Italien[modifier le wikicode]

Forme de nom commun [modifier le wikicode]

vigne \Prononciation ?\ féminin

  1. Pluriel de vigna.
    1. Wayn sur le portail lexicographique arabe Al-baheth
    2. Julia Harding, The Oxford Companion to Wine, Oxford University Press, 2015, p. 818
    3. François Lenormant, Les Origines de l’Histoire d’après la Bible et les traditions des peuples orientaux, Paris, Maisonneeuve, 1880, p. 252
    4. Abderrahman Benatia, Histoire de la colonisation arabique dans la Grèce antique : à travers la mythologie, la toponymie, l’onomastique et le vocabulaire, Éditions distribution houma, 2005, p. 275
    5. Paul Glaise, Revue des langues romanes, Volumes 1 à 2, Montpellier, Paris, 1870, p. 281