chicaner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XVe siècle)[1] Étymologie discutée :
  1. Issu du croisement de ricaner et d'une onomatopée tchic[2] exprimant quelque chose de petit → voir chiche, chicot, chichi et chichiter ou de chic[3], au sens initial de « habileté à mener des procédures », qui n'est pas attesté avant le dix-huitième siècle.
  2. Dénominal de chicane que Gilles Ménage tire de l’espagnol chico (« petit »)[4] ; Diez approuve cette étymologie[4] ; et Génin, la complétant (car il faut rendre raison de chicane signifiant « jeu de mail »), dit que le jeu a été ainsi nommé de la petite boule qui en fait le sujet et que l'on a comparée à quelque chose de petit (chico). Mais cette étymologie ne peut se soutenir en présence du bas-grec qui vient du persan چوگان, čowgân (« crosse, maillet, polo »)[4][5][6] dont dérive le turc çevgen (« maillet de polo, polo »), étymon qui rend raison de l'affixe -ane. Dès lors la série des sens est : « jeu de mail », puis « action de disputer la partie », et enfin « manœuvres processives[4] ». Contre cette hypothèse, le fait que le sens de « mail » est peu ou pas attesté en français et que le mot manque en occitan ou italien, intermédiaires attendus pour un mot grec ou persan.
  3. Apparenté à chique (« bille »), chiquenaude (« coup de pouce pour envoyer la bille »), pour le sens de « jeu de boule, mail », du moyen bas allemand[7] schicken (« envoyer ») ; les premières attestation en moyen français étant « renvoyer/intenter un procès » et, pour chicane, « procès, procédure », apparenté au néerlandais schikking (« règlement, arrangement [judiciaire] »).

Verbe[modifier]

chicaner \ʃi.ka.ne\ intransitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se chicaner)

  1. (Droit) Soulever, dans un procès, un point mineur de droit pour embrouiller l’affaire.
    • Item, à maistre Jehan Cotard,
      Mon procureur en Court d’Eglise,
      Devoye environ ung patard,
      Car à present bien m'en advise,
      Quant chicanner me feit Denise,
      Disant que l'avoye mauldite ;
      Pour son ame, qu'ès cieulx soit mise !
      Ceste Oraison j'ay cy escripte.
      (François Villon, Le Grand Testament, 1461)
  2. (Militaire) Créer des difficultés.
    • Chicaner le terrain, le disputer pied à pied.
  3. (Marine) Serrer le vent le plus près possible, comme en lui disputant, parce qu'il est défavorable, une pleine action sur les voiles.
    • Chicaner le vent, gouverner au plus près du vent, presque à ralinguer.
    • Un navire qui chicane le vent diminue son sillage et augmente sa dérive.
  4. (Par extension) Se servir de subtilités captieuses, contester sans fondement, en quelque matière que ce soit.
  5. (Transitif) Chercher noise à quelqu’un.
    • Cet homme chicane tous ses voisins.
  6. (Transitif) (Par extension) Reprendre, critiquer mal à propos et sur des bagatelles.
    • Il ne faut pas chicaner les poètes sur des vétilles.
  7. (Pronominal) Se chamailler, se quereller.
    • Les enfants se sont chicanés toute la journée.

Synonymes[modifier]

Se quereller

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]

  1. Voir la citation de François Villon
  2. « chicaner », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971-1994 → consulter cet ouvrage
  3. Jean Mathieu-Rosay, Dictionnaire étymologique, nouvelles éditions Marabout, 1985.
  4. a, b, c et d « chicane », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872-1877 → consulter cet ouvrage
  5. Étienne Marc Quatremère, Makrizi, Histoire des Sultans Mamlouks de l'Egypte, Paris, 1845, p. 132
  6. Antoine-Paulin Pihan, Glossaire des mots français tirés de l'arabe, du persan et du turc, Paris, 1866, p. 114/115
  7. Douglas HarperOnline Etymology Dictionary, 2001-2010 → consulter cet ouvrage